Lettre 1607 : Pierre Bayle à Jean-Louis de Lorme

[Rotterdam, 14 septembre 1703]

  Lettre de Pierre Bayle au libraire Jean-Louis Morissard Delorme [1]  

« Critique très fine du Thesaurus de Robert Etienne [2], dont ce libraire se propose de faire une nouvelle édition. Suivant Bayle, on ne recherche ce livre que parce qu’il est devenu fort rare, car il est moins complet que Calepin [3] et Fabri [4], que l’on trouve dans toutes les mains. »

Notes :

[1] Jean-Louis Morissard de Lorme, libraire réfugié à Amsterdam, ville où il se maria en 1691 et dont il devint bourgeois deux ans plus tard. Selon toute vraisemblance, il servit dans l’armée avant de reprendre, en 1693, la librairie et l’imprimerie de son beau-père, Claude Jordan. Il passait beaucoup de temps à Paris et, en avril 1709, devait même passer plusieurs semaines à la Bastille. En 1711, il s’établit à Paris définitivement, tandis que sa femme maintint l’imprimerie à Amsterdam. Il semble que dans les années 1720, Delorme ait servi comme officier de cavalerie dans l’armée française (mais il ne figure pas dans la Chronologie militaire de Pinard). C’est la découverte des papiers de Morissard de Lorme des années 1707-1708 aux archives de l’Eglise wallonne d’Amsterdam qui incita I.H. van Eeghen à lancer les recherches qui aboutirent à son ouvrage pionnier, De Amsterdamse boekhandel, 1680-1725 (Amsterdam, 1960-1978, 5 vol.), dont les deux premiers volumes sont consacrés à une étude méticuleuse des productions de De Lorme et de son réseau de correspondance.

[2] Sur la famille des imprimeurs Robert et Henri Estienne, voir Lettre 1221, n.2. Il s’agit ici de l’ouvrage d’Henri Estienne, Thesaurus Græcæ linguæ [...] Appendix librorum ad thesaurum Græcæ linguæ pertinentium : Glossaria duo ([Genevæ] 1572-73, folio, 5 vol.), que Bayle avait acquis pour Shaftesbury en 1699 : voir Lettre 1431, n.4.

[3] Ambrogio Calepino (vers 1435/1440-1511), Dictionarium octo linguarum, in quo primis et præcipuis dictionibus latinis hebræas, græcas, gallicas, italicas, germanicas, hispanicas, nunc anglicas dictiones [...] addidimus (Parisiis 1588, folio), ou Dictionarium undecim linguarum (Basileæ 1590, folio), ou une autre édition de ce célèbre dictionnaire.

[4] Basilius Faber (1520-1576), Thesaurus eruditionis scholasticæ (Lipsiæ, Johann Rambau 1572, folio), qui connut beaucoup d’éditions ultérieures.

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 193640

Institut Cl. Logeon