Lettre 1723 : Pierre Bayle à Mathurin Veyssière La Croze

[Rotterdam, le 3 août 1706]

Monsieur.

Il y a quelques jours que j’ai receu la lettre que vous me fites l’honneur de m’écrire le 24 e de juin dernier [1]. Mr Wolters me la rendit en main propre en m’honorant d’une visite [2]. Je vous suis infiniment obligé de m’avoir procuré la connoissance d’une personne d’autant de merite ; je le priai instamment de vous temoigner combien je serois toujours sensible à ce témoignage de votre bonté pour moi. Vous m’en donnez plusieurs autres dans votre lettre, dont j’ai une parfaite reconnoissance, et je la dois avoir d’autant plus que je n’ai rien fait qui meritât ces marques obligeantes de votre affection. Je souhaiterois passionnement que les occasions se presentassent de vous temoigner la haute estime et la tres forte amitié que j’ai pour vous, et c’est de quoi je vous supplie tres humblement d’etre bien persuadé.

Je ne saurois vous exprimer, M[onsieu]r, la joie que j’ai sentie en voiant que ma réponse à Mr Le Clerc [3] vous a paru bonne. Un suffrage comme le votre est d’un si grand poids qu’on ne sauroit trop s’en feliciter. Je ne saurois étre indifferent à ce que vous ajoutez que ceux qui ne se sont pas laissés prevenir contre moi se sont fortifiez par cette reponse dans leurs bonnes dispositions, et que bien d’autres ne savent plus que dire contre mon orthodoxie. Cela m’est d’autant plus agreable qu’un réfugié au païs de Brandebourg m’avoit écrit qu’un homme important, et par ses emplois, et par son esprit et son savoir, lui avoit dit apres avoir lû le 9 e tome de Mr Le Clerc que je ne me tirerois jamais de ce mauvais pas [4]. Une infinité de gens avoient cru en ce païs-ci la même chose et la debitoient dans les boutiques des libraires.

Il a couru long-tem[p]s un bruit que Mr Jaquelot venoit en Hollande pour y faire imprimer la replique qu’il a composée contre moi [5]. On a même dit plus d’une fois qu’il etoit dejà à La Haie mais on sait presentement que ce voiage est rompu. J’atten[d]s avec quelque impatience l’impression de sa replique, car ma resolution est de la refuter [6] dès que je l’aurois luë et de m’attacher aux points sur quoi roule / [notre dif]ferent ; s’il s’écarte sur d’autres choses je pourrai bien negliger de lui repondre, en l’avertissant qu’il sera tem[p]s d’entrer dans ces nouvelles discussions apres que la premiere controverse sera vuidée et qu’il aura satisfait à telles et à telles difficultez.

Il y a sous la presse mais sous une presse qui va lentement un 4 e tome de la Reponse aux questions d’un Provincial [7]. Il est achevé de composer depuis longtem[p]s. On y refute les remarques de Mr Bernard avec beaucoup de précision [8], tant celles qui concernent le 2 e tome de la Continuation des pensées diverses que celles qui regardent le 2 e et le 3 e volume de la Reponse au Provincial.

Je vous remercie de la remarque sur Quinte-Curce [9]. Vous etes peut-étre le seul qui l’ait faite, et il est bien juste que je vous en fasse honneur en l’emploiant. C’est à quoi je serai fort ponctuel comme à l’egard des autres belles observations [10] que je tiens de votre exacte et savante critique.

Je suis, etc.

Le 3 e d’août 1706.

Notes :

[1] La lettre de Mathurin Veyssière La Croze du 24 juin 1706 est perdue. Nous ne connaissons que deux lettres adressées à Bayle par cet ancien bénédictin devenu bibliothécaire à Berlin : celles du 21 avril 1704 (Lettre 1626) et du 8 octobre 1706 (Lettre 1731).

[2] Il se peut qu’il s’agisse ici de Johannes Wolters, dont l’épouse était cousine d’ Almeloveen : voir Lettre 850, n.1. Mais il se peut aussi qu’il s’agisse ici d’un parent – peut-être d’un fils – nommé R. Wolters, dont on trouve mention dans les archives de Prosper Marchand : celles-ci contiennent une lettre de Wolters à Marchand datée du 23 octobre 1753, et une autre de Marchand à Wolters du 21 juillet 1743, ainsi qu’une lettre de Daniel de Superville à Wolters du 11 ou 12 novembre 1754. Voir C. Berkvens-Stevelinck, Catalogue des manuscrits de la collection Prosper Marchand (Leyde 1988), p.16, 100. Les mêmes archives contiennent trente-huit lettres de Veyssière La Croze à Marchand datées d’entre le 27 janvier 1717 et le 6 mars 1739 : ibid., p.16.

[3] Sur cette réponse de Bayle à Le Clerc, voir Lettre 1722, n.4.

[4] Nous ne connaissons pas cette lettre d’un réfugié huguenot dans le Brandebourg : il s’agit peut-être d’une lettre perdue de Charles Ancillon ou de Jacob Le Duchat ; les termes de Bayle – « un homme important, et par ses emplois, et par son esprit et son savoir » – s’expliqueront par sa lettre du 24 septembre (Lettre 1730). Pour le titre complet de la Réponse pour Mr Bayle, voir Lettre 1722, n.4.

[5] Sur l’intention de Jaquelot de publier une réplique à Bayle, voir Lettre 1704, n.2. Il la publia, en effet : voir Lettre 1655, n.8, 1656, n.13, et 1708, n.9.

[6] Nouvelle annonce des Entretiens de Maxime et de Thémiste, ou réponse à Messsieurs Le Clerc et Jaquelot (Rotterdam 1707, 12°), qui restèrent inachevés mais qui constituent néanmoins une forte charge contre la théologie rationaliste de ses adversaires.

[7] Le quatrième tome de la RQP ne devait paraître que fin novembre ou au mois de décembre 1706 sous la date de 1707 : dans l’« Avis au lecteur », daté du 25 novembre 1706, Bayle affirme que les cinq premières feuilles de l’ouvrage avaient été imprimées dès le mois d’avril précédent. Le cinquième tome (quatrième partie) ne devait paraître qu’après la mort de Bayle (Rotterdam, Reinier Leers 1707, 12°) avec un achevé d’imprimé de mai-juin 1707.

[8] Voir la RQP, III e partie, §§IX-XXIX, les chapitres dirigés contre Jacques Bernard.

[9] Il s’agissait, dans la lettre perdue de Veyssière La Croze, de références qui témoignent que « Jean de Salisberi au XII e siècle, et Michel Scot in Mensa philosophica au XIII e siècle, ont cité Quinte Curce » : voir le DHC, art. « Quinte-Curce », rem. A, note marginale (5), qui indique que Bayle a appris ces références « par une lettre de Mr de La Crose de Berlin ».

[10] Nous n’avons pas trouvé d’autres références à Veyssière La Croze dans le DHC.

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 196834

Institut Cl. Logeon