Lettre 1749 : Henri Basnage de Beauval à François de Jaucourt

[La Haye, début 1707]

Je tâcherai Monsieur [1] de repondre à vos questions, et du moins je vous dirai ce que j’en puis conjecturer. Ce que vous dites du jour que les anciens bâtimen[t]s recevoient par le haut ne regarde que les temples. Pour des fenêtres[,] il y en avoit. Mais point de vitres encore au • temps d’Auguste. Le reste à une autre fois s’il vous plaît.

Mr Bayle n’a point prevu • sa mort si prochaine. Un quart d’heure avant que de mourir[,] il donna à son imprimeur un morceau de la copie de sa reponse à Mr Jaquelot [2]. Il ordonna à sa servante d’allumer son feu, et quand elle alla lui dire que son feu etoit allumé[,] elle fut bien surprise de le trouver mort dans son lit. Il a donné à mon frere par son testament [3] tous les livres theologiques, et les autres à Mr Paets.

Je suis Monsieur votre tres humble et tres obeyssant serviteur B[asnage] de B[e]auval

Notes :

[1] L’identité du correspondant est intéressante. Il se nomme François de Jaucourt, marquis d’Ausson et de Villarnoul, et il était l’arrière-petits-fils de Philippe Du Plessis-Mornay. Jean III de Jaucourt (1572- ?), seigneur de Villarnoul, chevalier de l’ordre du roi, conseiller du roi en ses conseils d’Etat et privé, et gentilhomme ordinaire de sa chambre, épousa par contrat daté du 8 mars 1599 Marthe de Mornay, la fille aînée de Philippe Du Plessis-Mornay et de Charlotte d’Arbaleste. Le couple Jaucourt eut six enfants, dont l’aîné se nommait Philippe II de Jaucourt (?-avant 1674), seigneur de Villarnoul, baron de la Forest-sur-Seure. Celui-ci épousa Marguerite de Gueribalde, fille de Paul de Gueribalde et de Magdeleine de L’Aunay-Grave : le couple eut cinq fils et quatre filles : le quatrième fils se nommait François de Jaucourt, seigneur d’Ausson. Il s’attacha au service de l’électeur de Brandebourg, Frédéric III de Hohenzollern (futur roi en Prusse), qui le nomma lieutenant-général de cavalerie, et il fut promu chevalier d’honneur et premier chambellan de Sophie Charlotte, électrice puis reine en Prusse en 1701. Rappelons que la reine Sophie Charlotte s’était entretenue avec Bayle lors de son séjour aux Provinces-Unies en novembre 1701 : voir Lettre 1535, n.6 ; elle était morte le 1 er février 1705. François de Jaucourt devait mourir sans descendance. L’encyclopédiste Louis de Jaucourt (1704-1780) descendait de la même famille – très étendue – que le correspondant de Basnage de Beauval. Voir Moréri, Le Grand Dictionnaire, s.v. ; J. Sgard, Dictionnaire des journalistes, s.v. (art. d’ A.-M. Chouillet), comportant une importante bibliographie ; M.F. Morris, Le Chevalier de Jaucourt, un ami de la terre (1704-1780) (Genève 1979).

[2] Basnage de Beauval semble fournir une version un peu confuse du récit de Reinier Leers : voir la lettre de ce dernier à Des Maizeaux du 18 janvier 1707 (Lettre 1746).

[3] Voir le testament de Bayle en Annexe I du tome XIII.

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 192244

Institut Cl. Logeon