Lettre 1102 : François Janiçon à Pierre Bayle

• A Paris ce 9 avril 1696

Avant que de répondre Monsieur, à quatre demandes que vous m’avés faites dans votre lettre du 11 du mois passé [1], je croi vous faire plaisir de vous apprendre une nouvelle qui m’a été dite depuis peu touchant Mr de Larroque que vous avés sû être dans le chateau d’Angers [2], c’est que Mr l’évêque d’Angers [3] lui ayant fait l’honneur de l’aller voir quelquefois et ayant été fort satisfait de son entretien[,] on lui a donné un autre appartement où il est moins resserré, et même qu’on parle de lui donner la liberté d’aller quelquefois dans la ville accompagné d’un garde qui le ramene coucher au chateau : on espère de plus qu’il pourra y aller sans garde en baillant une caution qui en réponde. Quelques uns vont plus avant et espèrent qu’il pourra sortir dans peu de temps : ce prélat ayant écrit ici en sa faveur à Mr Pelletier ministre d’Etat son père [4] : ainsi je croi que vous pourrés à présent lui écrire cependant je pense que vous ne ferés pas / mal de ne le point faire en droiture* mais d’adresser vôtre lettre à Mr Pinson [5] ou à moi.

Je n’ai pas manqué de communiquer vôtre derniere lettre à Mr Baluze [6] qui m’a témoigné en être fort satisfait.

Pour venir à vos demandes je vous dirai

1° Monsieur, que Le Païs auteur des amours, amitiés et amourettes [7] est mort en effet comme on l’avoit dit il y a déjà cinq ou six ans.

2° que le président Nicole de Chartres dont vous avés vû des poësies françoises etoit parent aussi bien que compatriote de feu Mr Nicole fameux janséniste [8].

3° que celui ci a toujours passé pour le véritable auteur des Lettres visionnaires et des Hérésies imaginaires [9].

4° que la lettre que vous avés vüe, imprimée en vos quartiers dans le Recueil de piece[s] curieuses l’a été ici premierement dans le Mercure du mois de décembre dernier sur le livre / intitulé La Vie d’Adam traduite de l’italien de Loredan [10]. Vous ne devés pas être fort surpris que Mr Devizé [11] l’ait insérée dans son Mercure aussi bien que plusieurs autres pieces sur lesquelles il ne croid pas necessaire de faire d’exactes réflexions.

Je vous ai parlé autrefois de Mr Vezin l’avocat [12] qui est à présent ici dans un fort grand emploi : aujourd’hui je me sens obligé de vous dire une chose que j’ai peut être trop négligée, c’est que presque toutes les fois que nous nous voyons, il ne manque pas de me demander de vos nouvelles d’une maniere pleine d’estime pour vous et je suis assuré qu’il verra avec plaisir ce que vous voudrés me dire de lui dans la premiére de vos lettres. Comme il est vôtre contemporain et qu’il est encore à marier aussi bien que vous, je ne serois pas faché d’apprendre par vous l’age qu’il peut avoir à peu préz, mais il faut que ce soit s’il vous plait sur un petit morceau de papier séparé.

Je suis toujours Monsieur autant que vous le pouvés désirer votre etc.

 

A Monsieur / Monsieur Bayle / A Rotterdam

Notes :

[1] Lettre 1093.

[2] Bayle avait reçu l’annonce du transfert de Daniel de Larroque au château d’Angers de la part de son frère, Mathieu, le 14 décembre 1695 (Lettre 1065).

[3] Michel II Le Peletier (1661-1706), abbé de Jouy, évêque d’Angers (1692-1706) ; il devait être nommé évêque d’Orléans en avril 1706 mais mourut le 9 août 1706 avant d’être sacré. A Angers, il succédait à Henri Arnauld.

[4] Claude Le Peletier (1631-1711) succéda à Colbert comme contrôleur général des Finances entre 1683 et 1689 ; il fut ensuite ministre d’Etat et surintendant des Postes en 1691. Voir G. Mazel, Claude Le Peletier (1631-1711) : le successeur de Colbert (Paris 2003). ; M. Stoll, Servir le Roi-Soleil. Claude Le Peletier (1631-1711), ministre de Louis XIV (Rennes 2011) ; T. Sarmant et M. Stoll, Régner et gouverner : Louis XIV et ses ministres (Paris 2010), s.v.

[5] François Pinsson des Riolles, conseiller au Parlement de Paris, autre correspondant de Bayle à Paris.

[6] C’est apparemment la lettre du 11 mars 1696 (Lettre 1093) que Janiçon a fait suivre à Etienne Baluze et c’est le premier indice de relations quasi directes entre Bayle et Baluze par l’intermédiaire de François Janiçon.

[7] René Le Pays (1634-1690), directeur général des gabelles du Dauphiné, auteur des Amitiez, amours et amourettes (Grenoble 1664, 1672, 12°). Bayle lui consacre l’article « Pays (René Le) » du DHC, et cite son ouvrage dans les articles « Hénault », rem. A, et « Laïs », rem. E.

[8] Claude Nicole (1611-1685), président de l’élection de Chartres, auteur de diverses poésies traduites des auteurs anciens. Pierre Nicole (1625-1695) était fils de Jean Nicole (1600-1678), avocat au Parlement de Paris et chambrier de la Chambre ecclésiastique de Chartres.

[9] Pierre Nicole, L’Hérésie imaginaire (s.l. 1664-1666, 4°) et Les Imaginaires et les visionnaires, ou lettres sur l’hérésie imaginaire, par le sieur de Damvilliers (Liège [Amsterdam] 1667, 12°, 2 vol.).

[10] Allusion au Recueil de pièces curieuses et nouvelles, tant en prose qu’en vers (La Haye 1694-1695, 12°, 4 vol.) publié par Adriaan Moetjens, où se trouve le compte rendu de La Vie d’Adam, avec des réflexions (Paris 1695, 12°) de Louis, chevalier de Mailly (?-1724), ouvrage traduit de L’Adamo (Venezia 1640, 12°) du Vénitien Giovanni Francesco Loredano (1607-1661) ; cet article est repris dans le Mercure galant, décembre 1695, p.75-86 ; voir aussi Lettre 1093, n.3.

[11] Jean Donneau de Visé, le rédacteur du Mercure galant.

[12] Vezin, avocat, est cité dans les Œuvres complètes du chancelier Henri-François d’Aguesseau (1668-1751) (Paris 1819, 16 vol.), iv.152, « Trente-neuvième plaidoyer du 29 mai 1696 dans la cause du sieur Odoard du Hazey, la dame marquise du Fresnoy, et le sieur Langlois. Si la preuve par témoins peut être admise en cas de fraude, même lorsqu’il s’agit d’une adjudication faite en justice ».

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 141994

Institut Cl. Logeon