Lettre 1199 : Pierre Bayle à François Janiçon

[Rotterdam, 1696 [1]]

J’ai trouvé toujours quelque chose de peu vraisemblable dans ce qu’a dit M. de Sponde sur l’ordre auquel les Centuries de Magdebourg parurent, la 4 e avant les trois autres. Vous m’avez communiqué un eclaircissement à quoi je crus qu’il falloit acquiescer [2]. Vous m’avez marqué que les 3 1 eres Centuries furent imprimées à Basle pour la 1 ere fois l’an 1564 en un vol[ume] fol[io] et que la 4 e avoit eté imprimée au meme lieu dés le mois / de sept[em]bre 1561. Mais je viens de consulter un livre imprimé en Allemagne depuis 2 ans, composé par le s[ieur] Sagittarius, et intitulé : Introductio in historiam ecclesiasticam, sive Notitia Scriptorum, etc [3]. Il y est parlé amplement de ces Centuries, de ceux qui les composerent, du temps, du lieu, de ceux à qui elles furent dediées ; pas un mot de cette anticipation de la 4 e. Cet auteur avoue qu’il ne sçait pas combien de tomes on publia la 1 ere fois, mais il dit que son exemplaire des 3 1 eres fut imprimé l’an 1562 et que Becman dans son catalogue de la foire de Francfort [4], et Draudius dans sa Bibliot[heca] classica [5], marquent qu’elles furent imprimées l’an 1559. Il ajoute que dans son exemplaire la 4 e Centurie est de l’an 1560[,] la 5 e et la 6 e de l’an 1562[,] la 7 e et la 8 e de l’an 1564[,] la 9 e de l’an 1565, etc. par où l’on voit que son exemplaire est de diverses ed[iti]ons. Il est sûr que ce livre avoit un si grand debit, qu’on l’imprimoit quasi tous les ans les 1 ers volumes. Il y a des compilations assez utiles, quoiqu’en certaines choses, elles ne soient pas exactes. Je tiens qu’à Paris meme, où il y a tant de belles bibliotheques, il sera difficile de trouver la 1 ere ed[iti]on des 1 eres Centuries, car dés qu’il y a des editions revuës et corrigées, on n’achete plus la premiere. La 4 e Centurie fut dediée à la reine Elisabeth ; je ne sçais s’ils datterent l’epitre dedicatoire, ou si leur preface faisoit mention de l’impression des 3 precedentes. Au pis aller, je tiens pour convaincu d’erreur M. de Sponde sur une autre chose qu’il dit la dessus.

Ratio et forma tractationis : V[oir] Præfat. centuriatorum, pag[es] 7-8, « Visum est commodissimum singula rerum factarum sæcula distribuere : eâque ratione quolibet libro centum annos, unde Centurias appellamus, complecti. Nam tot annorum decursu plerumque maximæ in Ecc[lesi]a mutationes acciderunt Reliquas vero res 15. Capitibus conati sumus comprehendere tamaquam certis classibus, tum ut res ipsæ rectius narrari possent, nec facile nobis elaberetus, quod ad rem aliquid videretur facere : tum ut in quolibet libro idem ordem et eadem ratio observaretur, quæ non modo ad inquirendas res quascumque esset facillima, sed ad memoriæ imprimendas, in eaque retinendas esset accomodatissima. Sunt autem ista capita hæc : 1° De loco et propagatione Ecc[lesi]æ. 2° De persecutione et tranquillitate ejus, poenisque persecutorum. 3° De Doctrina, ejusque inclinatione. 4° De Hæresibus. 5° De Cæremoniis diversis in locis. 6° De Gubernatione Ecc[lesi]æ. 7° De Schismatis. 8° De Conciliis. 9° De Personis illustribus in Ecc[lesi]a. 10° De Hæreticis. 11°. De Martyribus. 12° De Miraculis. 13° De rebus Judaicis. 14° De Religionibus extra Ecc[lesia]m. 15°. De Mutationibus politicis imperiorum. Hisce omnibus unum proponimus quod propositionem seu argumentum continet ».

 

 

[Traduction]

 

Raison et forme de la présentation : Voir Préface des Centuries, pages 7-8, « Il a semblé le plus commode de séparer par siècles individuels les choses faites et pour cette raison de comprendre cent ans dans chaque livre, d’où notre titre de Centuries. Car au cours de tant d’années beaucoup de grands changements sont arrivés dans l’Église. Quant aux autres choses, nous avons essayé de les comprendre dans 15 chapitres ou classes, tantôt afin que les choses mêmes puissent être correctement narrées, et il ne nous a pas été facile de déterminer exactement ce qui semblait devoir être approprié ; tantôt dans quel livre le même ordre et la même méthode devaient être suivis ; c’était ce qu’il y avait de plus facile non seulement pour chercher les choses de toute sorte ; mais pour les imprimer dans la mémoire et pour les y garder c’était le moyen le plus accommodé. Ces chapitres donc sont les suivants :

1° De la location et de la propagation de Église. 2° De sa persécutiion et de sa tranquillité, et des peines des persécuteurs. 3° De la Doctrine et de son penchant. 4° Des Hérétiques. 5° Des Cérémonies en divers endroits. 6° Du Gouvernement de l’Église. 7° Des Schismati[que]s. 8° Des Conciles. 9° Des Personnes illustres de l’Église. 10° Des Hérétiques. 11° Des Martyrs. 12° Des Miracles. 13° Des choses Juives. 14° Des Religions en dehors de l’Église. 15° Des Changements politiques des empires. Dans tous ceux-ci nous proposons une chose renfermant une proposition ou un argument.

Notes :

[1] Le millésime s’établit d’après la mention par Bayle du livre de Sagittarius, Introductio in historiam ecclesiasticam, qui parut fin avril 1694 (Ienæ 1694, 4°), « depuis deux ans ». On ne saurait apporter de précision à cette date, car les informations transcrites par Bayle dans la présente lettre ne figurent pas dans la première édition du DHC : le 11 novembre 1695 (Lettre 1060), l’imprimeur en était déjà à la lettre L : l’article « Illyricus (Matthias Flacius) » était donc déjà imprimé à cette date.

[2] Dans une lettre perdue, Bayle avait posé une question à Janiçon concernant l’ordre de publication des Centuries de Flacius Illyricus ; Janiçon lui avait répondu dans sa lettre du 14 novembre 1695 (Lettre 1061 : voir n.3). Bayle y était revenu dans sa lettre à Pinsson des Riolles du 15 mars 1696 (Lettre 1096) et devait reprendre la question dans la deuxième édition du DHC, art. « Illyricus (Matthias Flacius) », rem. H : « Mr de Sponde a fait une grosse faute en parlant des Centuries de Magdebourg ».

[3] Gaspar Sagittarius, Introductio in historiam ecclesiasticam et singulas ejus partes, sive notitia scriptorum veterum atque recentium qui [...] historiam ecclesiasticam [...] illustrant (Ienæ 1694, 4°). Sur la vie de Gaspar Sagitarius, historien du duc de Saxe et professeur d’histoire à l’université de Halle, voir Lettre 1077, n.5.

[4] Johan Christopher Becman, (1641-1717), Memoranda Francofurtana. Notitia universitatis [...] Catalogus universalis librorum bibliothecæ nunc publicæ [...] Wolfgangi Just chronicon urbis Francofurtanæ ; catalogus plantarum in tractu Francofurtano sponte nascentium (Francofurti ad Oderam 1676, 4°).

[5] Georgius Draudius, Bibliotheca classica, sive, catalogus officinalis, in quo singuli singularum facultatum ac professionum libri [...] secundum artes et disciplinas [...] ordine alphabetico recensentur [...] (Francofurti 1611, 4°).

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 192244

Institut Cl. Logeon