Lettre 130 : A. Ribaute à Jean Bayle

de Paris ce 30 septambre 1676

Puis que je trouve un ocasion sy favorable co[mm]e est cela de Monsieur Prad [1] quy a eu la bonté de m’offrir cette civillité, j’ay creu Monsieur qu’il estoit de mon devoir de v[ou]s escrire pour v[ou]s assurer moy et ma femme de nos humbles respecs, co[mm]e aussy à Messieurs vos fils , J’ay eu nouvelles de Monsieur le professeur [2], Il ce porte fort bien Dieu mercy, Je suis fort estonné Monsieur de n’avoir aucune issuë de la petitte affaire que j’ay envers mes freres, Certes je voy bien qu’ils se mocquent de moy, car je ne croy pas qu’ils puissent s’excuser legitimemant envers moy, Je ne sçay pas s’ils pretandent de ne me rien donner po[ur] l’interet de ce quy m’apartient[.] Il ne seroit pas juste, car la raison ne le veust pas, depuis tantost 3 ans qu’il y a que ma mere est morte, s’ils m’avoient donné d’abort le peu de ce quy m’apartient j’an aurois payé une debte de laquelle je paye l’interet, Je rents cela à v[ot]r[e] sage et bonne conduicte, Je v[ou]s prie au nom de Dieu de terminer chestive et abgette affaire qu’il n’an soit plus parlé, car je vous proteste Monsieur que je suis las et confeus de v[ou]s avoir inportuné po[ur] une guserie co[mm]e est cella là, mes freres en sont les hauteurs [3] Ils se font bien tirer l’oreille po[ur] me donner quarante escus, Je pretans bien leur faire bon marché assurem[en]t, V[ou]s tirerés s’il v[ou]s plait ce que v[ous] pourrés raisonnablem[en]t, esperant cette faveur et cette grace de v[ou]s puis que je suis sans reserve en qualité de

Monsieur[,] un tres humble et tres obeissant serviteur
A. Ribaute
A monsieur le pere/ monsieur de Ba[y]lé, f[idele] m[inistre]/ du s[ain]t E[vangile] en l’eg[li]se du Carla/ au Carla en Foix/ sous couvert d’amy

Notes :

[1] Assurément, ce n’est pas de M. Du Cassé de Pradals, ami des Bayle, qu’il s’agit ici, mais peut-être d’un de ses jeunes parents, qui servait à l’armée et bénéficiait de l’arrêt des opérations militaires à la fin de l’été, ou bien qui devait prendre ses quartiers d’hiver dans le Midi. Les bizarreries de l’orthographe – « un occasion », « cela » – correspondent sans doute à l’accent méridional de Ribaute.

[2] « Monsieur le professeur » est évidemment Pierre Bayle.

[3] Lire « auteurs ». On saisit ici sur le vif le rôle de conciliateur joué par les pasteurs et les consistoires : avant d’en venir à un procès, beaucoup de huguenots prenaient comme arbitre leur pasteur ou le consistoire de leur communauté. Cette sorte d’infra-justice, comme la qualifie les spécialistes, a réussi souvent à apaiser bien des querelles naissantes.

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 117882

Institut Cl. Logeon