Lettre 1423 : Consistoire de l’Eglise wallonne de Rotterdam à Pierre Bayle

[Rotterdam, les 22 et 28 mars 1699] Le 22 mars 1699 La Compagnie ayant déliberez sur l’affaire de Mr Bayle, après avoir entendu le rap[p]ort des commissaires, a chargé Messieurs Maurice, ancien [1] et Mr Caillaud diacre [2] de rapporter au dit s[ieu]r Bayle son écrit [3] en lui declarant que la Compagnie n’y a aucun égard et le regarde comme non advenu, ne pretendant point traitter, par écrit ; – que si le dit Mr. Bayle a quelque chose à représenter à la Compagnie, il y peut venir dimanche prochain ou le dimanche après, – qu’au reste la Compagnie ne doute pas que le dit Sr Bayle n’execute fidellement ce qu’il a promis à l’égard de sa correction de son Diction[n]aire, ce qu’elle luy recommande encore fortement, parce qu’en cas qu’il y manquast la Compagnie prendroit les resolutions qu’elle jugera convenables. Le 28 mars 1699 Messieurs Maurice et Caillaud ont fait rap[p]ort à la Compagnie de la comission du 22 de ce mois vers Mr Bayle, qui fesait difficulté de reprendre sa lettre, croyant qu’elle eu[t] rap[p]ort avec les actes qu’on a dressez sur cet affaire et les dits sieurs ayant mis la lettre sur sa table, l’ont pressez pour avoir une reponse plus positive, Sur quoy il leur a respondu qu’ils pouvoient dire à la Compagnie qu’ils avoient laissé la lettre sur la table, qu’il s’adviseroit s’il se presenteroit à la Compagnie et qu’au reste ils pouvoient assurer la Compagnie qu’il executeroit fidellement ce qu’il luy a promis pour la correction de son Diction[n]aire dans la seconde édition.

Notes :

[1] Nicolas Maurice, diacre en 1690 et 1691, 1694-1695, ancien en 1698 et 1699 : voir H. Bost, Le Consistoire de l’Eglise wallonne de Rotterdam, 1681-1706. Edition annotée des actes avec une introduction historique (Paris 2008), s.v.

[2] Etienne Caillaud, diacre en 1694 et 1695, et en 1698 et 1700, ancien en 1704 et 1705. Voir H. Bost, Le Consistoire de l’Eglise wallonne de Rotterdam, s.v.

[3] Lettre 410 du 18 janvier, dont nous ne connaissons pas le texte précis : il est stipulé dans les actes du consistoire qu’elle portait « plusieurs plaintes contre les remarques et ex[h]ortations que la Compagnie a trouvé à propos de lui faire sur la ditte lettre et qu’il a fait imprimer au sujet de son Dictionnaire critique ».

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 191947

Institut Cl. Logeon