Lettre 1448 : Pierre Bayle à Anthony Ashley Cooper, 3e earl de Shaftesbury

[Rotterdam, le 18 septembre 1699] Mylord Les honnetetez* dont il vous a plu de remplir la derniere lettre que j’ai eu le bonheur de recevoir de votre part [1] me remplissent de la plus vive reconnoissance dont je sois capable, et me donnent autant d’admiration pour la bonté de votre cœur, que j’en ai concu pour tant d’autres qualitez eminentes que j’ai remarquées dans votre esprit. Il n’y a rien qui me soit plus / agreable que de prendre quelque soin Mylord de fournir à votre bibliotheque quelques uns des livres qui y manquent, et je vous sup[p]lie tres humblement de ne point me priver du plaisir que cela me donne, mais de disposer sans aucun scrupule de tout mon tem[p]s. Je n’ai trouvé qu’un seul livre chez les libraires qui sont venus à notre derniere foire de Rotterdam qui fut de ceux que Mylord m’avoit ordonnez [ sic] de lui chercher. C’est un Horace avec les vieux scholiastes, et les notes de Cruquius [2], à quoi l’on a joint tous les fragments de Lucilius commentez par Douza [3]. L’ouvrage est in 4 imprimé à Leide vers / la fin du siecle passé. Je l’ai eu pour 32 sols. J’ai cru Mylord que vous ne seriez pas faché que j’y joignisse quelques pièces de Casaubon  [4] qui sont tres belles et doctes, et qu’on a rimprimées parce qu’elles etoient devenues rares. On y a joint d’autres pieces avec des notes[ ;] tout cela fait un gros in 12 que j’ai eu pour 15 sols[.] Je donnerai ces 2 livres à Mr Furly [5] afin qu’il ait le soin de vous les faire tenir. J’espere que vous aurez recu ceux que je joignis aux volumes que Mr Leers envoia à Mylord il y a plus de 6 semaines [6]. Je suis avec toute sorte de veneration et de reconnoissance, Mylord, votre tres humble et tres obeissant serviteur Bayle Rotterd[am] 18 e sept[embre] 1699 M rs Basnage vous presentent Mylord, leurs tres profon[d]s respects

Notes :

[1] Toutes les lettres de Shaftesbury à Bayle sont perdues. Les lettres précédentes de Bayle à Shaftesbury sont celles du 19 mai (Lettre 1431), du 5 juin (Lettre 1433) et du 28 juillet (Lettre 1442).

[2] Q. Horatius Flaccus : cum commentariis et enarrationibus commentatoris veteris, et Iacobi Cruquii Messenii [...] ; Accedunt, Iani Dousæ Nordovicis in eundem Commentariolus, unà cum succidaneâ appendice ad superiorem Commentariolum. Item Auctarium commentatoris veteris à Cruquio editi ([Lugduni Batavorum], Franciscus Raphelengius 1611, 4°) : cette édition, qui reproduit celle de 1597 citée par Bayle, est signalée dans le catalogue de Shaftesbury comme ayant été acquis durant son deuxième séjour aux Provinces-Unies en 1703-1704. Quelques mois après la date de la présente lettre, le 4 mai 1700, Furly évoque un exemplaire d’Horace qu’il a trouvé chez Leers et qui aurait dû être envoyé à Shaftesbury : voir Shaftesbury, Correspondence, n° 103, n.6. Voir aussi D. Verbeke, « Jacobus Cruquius, son édition d’Horace, et son influence sur Richard Bentley », Europa Humanistica (publication de l’IRHT), conférence de Budapest (version 11 mars 2009), qui donne la liste complète des éditions d’Horace par Cruquius.

[3] C. Lucilii, [...] Satyrarum quæ supersunt reliquiæ. Franciscus Jani F. Dousa collegit, disposuit et notas addidit (Lugduni Batavorum 1597, 4°). Cet ouvrage ne figure pas dans le catalogue de la bibliothèque de Shaftesbury.

[4] Il s’agit peut-être de la nouvelle édition de Juvénal, Satyræ cum scholiis [...] et commentariis [...] fere omnium eruditorum ut I. Grangæi, J. Britannici, N. Rigaltii [...] Accedit A. Persii Flacci satirarum liber. Isaacus Casaubonus recensuit [...] Editio novissima [...] cura et opera M. Casauboni [...] (Lugduni Batavorum 1695, 4°). On trouve aussi dans le catalogue de la bibliothèque de Shaftesbury un volume que venait de publier Thomas Crenius, Analecta philologico-critico-historica (Amsterdam 1699, 8°), qui contient un texte de Méric Casaubon : De verborum usu et accuratæ eorum cognitionis utilitate diatriben.

[5] Benjamin Furly : voir Lettre 617, n.4.

[6] Voir la liste des livres envoyés à Shaftesbury par l’intermédiaire de Reinier Leers dans la lettre de Bayle du 28 juillet (Lettre 1442).

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 196482

Institut Cl. Logeon