Lettre 173 : Pierre Bayle à Joseph Bayle

[Sedan, le 15 juin 1679]
Pour M[on] F[rère] J[oseph]

Je crois avoir dissipé votre inquiétude[,] M[on] T[rès] C[her] F[rère,] en vous apprenant que les enfants de Mr Le Gendre sont petits et n’ont point encore étudié [1]. Je serois d’avis que vous n’achetassiez point d’habit au pays, de peur que vous ne prissiez quelque étoffe inconnue en ce pays-là. Il vaut mieux, quoi qu’il en coûte un peu plus, se faire habiller à Paris, ou à Rouen. Outre que l’habit sera mieux fait, ce qui est d’un grand agrément, il sera aussi plus à la mode. Il y a à Rouën de parfaitement bonnes toiles et à bon prix, de sorte que vous fairez bien de vous contenter d’aporter 3 ou 4 chemises. Vous pourrez porter chaque jour un habit cavalier, cravate, manchetes de dentelle etc. et il suffira de mettre l’habit noir les jours de Cène et autres jours à votre fantaisie. Le plus court chemin p[our] aller à Roüen, s’est [ sic] de se rendre à Paris, que vous verrez en passant, y séjournant 12 ou 15 jours, de là vous vous rendrez à Rouen en 2 jours, il part tous les jours des coches, des carosses, et un messager à cheval de l’une de ces 2 villes pour aller à l’autre. Ce seroit un étrange conseil que celui de s’embarquer à Bourdeaux. Le port de mer le plus près de Roüen, c’est Dieppe qui en est éloigné de 12 lieüs, Le Havre à l’embouchure de la Seine qui passe par Rouen en est éloigné de 18. Calais sur la côte de Picardie est fort loin de là. Mr Perou vous faira réponse à ce qu’il m’a dit, dès qu’il sera délivré de ses 3 actions d’épreuve, de la cérémonie de / l’imposition des mains, et de la Cène [2], car par icy au lieu de la faire à Pentecôte, on la fait au commencem[en]t de juillet, puis au commencem[en]t d’octobre, ce qui fait que les 4 Cènes se font presque de 3 en 3 mois. Un avocat au Parlem[en]t de Paris nommé Ferrand a fait des Réflexions sur la religion chrétienne, 2 vol. in 12. [3] qu’on estime fort. I[l] explique fort savamm[en]t quelques prophéties et dit bien de[s] choses de l’état des juifs pour confirmer le christianisme.

A Monsieur/ Monsieur Ynard Not[ai]re Royal/ rue Dauriol

pour faire tenir à Mr Bayle/ A Montauban

Notes :

[1] Guillaume et Thomas Le Gendre avaient respectivement 15 et 14 ans lors de la requête faite par eux aux échevins de Rotterdam le 21 décembre 1686 (voir SHPF 36 (1887), p.132) ; les éventuels élèves de Joseph Bayle sortaient donc tout juste des mains des femmes en 1679.

[2] Le synode provincial d’Ile-de-France de 1679 avait chargé Abel de Lambermont, pasteur d’Imécourt, et Daniel Fétizon, pasteur de Saint-Loup-au-Bois (chez Henri de Briquemault), de l’installation de Pérou comme pasteur à Villers-le-Tourneur : voir SHPF ms 563/1, f.153 r. Daniel Fétizon (qu’on trouve parfois prénommé, à tort, Paul ou François) (1650-1706) partit au Brandebourg dès 1681 en compagnie de Briquemault, qui fut considéré par l’ Electeur comme le protecteur des réfugiés ; il devait être en 1683 ministre en Westphalie, et le fut à partir de 1693 à Berlin. Voir J.-P. Erman et P.-C.-F. Reclam, Mémoires pour servir à l’histoire des réfugiés françois dans les Etats du Roi [de Prusse] (Berlin 1782-1800, 12°, 9 vol.), i.338-339 sur Fétizon et i.336-340 sur Briquemault.

[3] Sur ce livre de Ferrand, voir Lettre 171, n.13.

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 118197

Institut Cl. Logeon