Lettre 184 : Joseph Bayle à Charles de Bourdin

[Au Carla le 11e [septem]bre 1680]
Monsieur et très cher cousin [1],

C’est avec une joye extrême que j’embrasse les occasions de vous écrire et de vous renouveller les asseurances de mes très humbles respects. Il n’y a que très peu de jours que je suis de retour de Puylaurens, où j’ay veu la femme du s[ieu]r Lagrave en estat de s’en venir au Mas pour vous faire des despens pour certaine somme que vous luy devés [2]. Je n’ay pas voulu manquer de vous en donner avis, parce que par ce moyen vous éviterés tout ce que cette femme irritée pourroit vous causer. Croyés, mon très cher cousin, que l’inthérêt que j’ay à vostre repos et à vostre plaisir est la seule raison qui m’osblige de vous escrire sur ce chapitre, croyant que vous ne le prendrés pas en mauvaise part. /

Je prens la liberté aussy de vous envoyer des thèses de pœna peccati  [3] que j’ay soutenues sous Mr Pérés [4] le moix d’aoust dernier. Ayés la bonté de les recevoir comme une marque de la parfaite considération que j’ay pour vous, et en les lisant faites y vos remarques pour me les donner en temps et lieu. Je suis avec une ardente passion,

Monsieur et très-honoré cousin,

vostre très-humble et très-obéissant serviteur,

Bayle.
Au Carla le 11e [septem]bre 1680.
Je présente mes très-humbles obéissances à mon oncle vostre père et le prie de lire aussy les thèses que je vous envoye à tous deux. Je n’oublie pas ma tante et tout le reste de v[ostr]e maison.
A Monsieur/ Monsieur Bourdin fils f[idèle] / m[inistre] d[u] s[aint] E[vangile]/ Au Mas d’Azils.

Notes :

[1] Le pasteur André de Bourdin avait épousé vers 1645 Marguerite Du Cassé de Larbont, originaire comme lui du Mas d’Azil, dont il eut plusieurs enfants. L’aîné de ceux-ci, Charles, est le destinataire de la lettre de Joseph Bayle. Charles de Bourdin, après des études à Puylaurens, fut pasteur à Sénégats de 1677 à 1679, puis collègue de son père, qui vieillissait, au Mas d’Azil. A la Révocation, il se réfugia dans le Pays de Vaud et y devint pasteur à Bex, où il mourut en 1707. Voir O. de Grenier-Fajal, Biographie de Charles de Bourdin.

[2] Lagrave de Puylaurens : il s’agit évidemment des dettes contractées par Charles de Bourdin quand il étudiait à Puylaurens.

[3] Joseph avait donc soutenu ses thèses à Puylaurens sur le sujet « Du châtiment du péché » en août 1680, sous la direction d’ Antoine Pérès, professeur d’hébreu et pasteur de Cucq-Toulza.

[4] Antoine Pérès, professeur d’hébreu à Puylaurens : voir Lettre 3, n.8.

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 118197

Institut Cl. Logeon