Lettre 336 : Frédéric de Dohna à Pierre Bayle

De Copet le 18/28 de septembre 1684

Monsieur,

Je reçoÿ tousjours avec grand plaisir ce qui me vient de vous, et avec admiration les productions de vostre esprit, mais j’hesite à lire de suite et avec ordre vostre seconde edition de la Lettre des cometes pour ce que cela me renouvelle trop rudement la perte que ma famille et sur tous moÿ avons faite de feu monsieur vostre frere avec lequel je leus l’année passée la premiere edition avec un plaisîr extreme, et d’exçellentes reflexions • de sa façon [1], mais son ame avoit encores quelque chose de plus rare que son esprit quelque beau et net qu’il fut, et j’ÿ avois fondé pour le bien de ma famille une de ces confiances que le ciel aprouve rarement comme choses qui entrepren[n]ent sur ses droits[.] Je puis conjecturer Monsieur quels / doivent avoir esté vos sentimens à la perte d’un tel frere, qui començoit seulement d’entrer dans la vigeur de l’aage qui donne le bon tour à l’esprit et fait cognoistre les mouvemens de l’ame. Ce fut pendant mon long sejour de Berne d’où je devois revenir tous les jours que Mr le professeur Turretin remit ce beau traitté à la contesse de Dona [2] qui me le remit à mon retour qu’elle ne croÿoit pas si reculé sans quoÿ elle me l’eut envoÿé[.] Le peu que j’en aÿ parcouru, me fait juger qu’il me donnera matiere de vous proposer des doutes [3], mais les choses qui partent de chez vous sont si clairem[en]t prouvées qu’elles dem[e]urent sans replique. Je pretendrois davantage là dessus mais comme cela me meneroit trop loin il vaut mieux suivre mon train ordinaire qui est d’etre à toutes les personnes d’un merite extraordinaire et sur tous autres à vous Monsieur tres humble et tres affectionné serviteur Fréderic de Dona

• A Monsieur/ Monsieur Baÿle professeur/ en philosophie en l’histoire/ universelle/ A Rotterdam

Notes :

[1] Le comte de Dohna, qui semble avoir été très attaché à Joseph Bayle, l’avait retenu longuement auprès de lui à une date où Pierre consacrait tous ses efforts à faire partir son frère à Paris, où l’attendait un poste de précepteur : voir Lettres 219, p.327 et n.5, et 244, n.30.

[2] Bayle avait envoyé un exemplaire des Pensées diverses à François Turrettini et celui-ci en avait fair parvenir un exemplaire à la comtesse de Dohna : voir Lettre 295, p.198. La lettre dont Bayle avait sans doute accompagné cet envoi ne nous est pas parvenue.

[3] Le comte de Dohna avait proposé d’assez longues remarques sur la première édition de la Lettre sur les comètes parue en 1682 : voir Lettre 223.

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 192241

Institut Cl. Logeon