Lettre 337 : Jacob Spon à Pierre Bayle

• D’une lettre de Mr Spon [à Lyon] du 28 [septem]bre 1684

Un jeune gentilhomme accompagné d’un laquais vint au college Du Plessis et demanda à parler à Mr Colombet principal ou direct[eur] du college. Mr Colombet dit qu’on le fit entrer et lui donna audience. Ce jeune homme parfaitement bien fait et fort modeste lui demanda d’etre receu dans son college pensionnaire, mais il retint sur le marché qu’il vivoit à sa maniere, et qu’à cause de quelques indispositions qu’il pretexta il ne viendroit aux repas de la communauté que quand on seroit au dessert. On lui en accorda la liberté et on lui donna une chambre commode. Il y vecut quelques mois dans une grande sobrieté se contentant d’un dessert assés sec à chaque repas sans toucher aucune viande. Mr. Colombet apres avoir remarqué quelques mois sa conduite et pris garde que cette grande abstinence l’affoiblissoit non seulem[en]t et l’amaigrissoit, mais qu’en meme tems elle lui empechoit d’etre aussi habile que les autres à s’acquiter des fonctions du college que meme l’abatem[en]t le rendoit paresseux au service divin et lui faisoit souvent manquer, il prit l’occasion de lui en dire son sentim[en]t, et p[ou]r lui faire quitter cette diete si severe il lui dit qu’à la verité le jeune etoit bon de soi meme mais qu’il y avoit bien plus de merite à prier Dieu qu’à jeuner. Il voulut savoir qui etoit son directeur de conscience, mais le jeune homme para la bote et fit tourner la conversation sur un autre chapitre. Quelques jours apres il prit honnetem[en]t congé et se logea dans la ville où il ne tarda pas de tomber dans une grande maladie que l’exces de ses abstinences lui avoit causé[e]. Mr Arnaud [1] qui apparemment etoit son directeur, et qui conoissoit sa famille le receut chez lui et le fit bien traiter comme un de ses plus chers disciples. S’etant remis[,] Mr Colombet aprit sa convalescence l’alla voir. Il etoit alors à table[ ;] cependant qu’il l’attendoit dans une antichambre il vit passer tous les plats, volailles, gibier et autres mets ordinaires dans les tables des personnes de qualité[.] Le disner achevé Mr Colombet vit venir son homme qui avoit pris le petit colet, et se faisoit apeller l’ abbé de Richer [2]. Il lui temoigna la [...]

Notes :

[1] Cette anecdote polémique concernant un jeune homme qui, ascétique parmi les catholiques orthodoxes, devient goinfre parmi les jansénistes (dirigé, de plus, par Antoine Arnauld...) peut être comparée à beaucoup d’autres de la même veine. Jurieu en recueillit dans son ouvrage polémique L’Esprit de M. Arnauld, où il représentait les théologiens de Port-Royal comme membres du « tiers parti », plus attachés à leurs opinions philosophiques cartésiennes qu’à la doctrine chrétienne : voir Dictionnaire de Port-Royal, art. « Picaut, Pierre ».

[2] Il y eut bien une famille Richer dans l’entourage de Port-Royal, puisque Nicolas Richer ( ?-1659), avocat au Parlement de Paris, devint l’intendant du duc de Luynes, mais il n’y eut pas, semble-t-il, d’ abbé de Richer parmi les amis de Port-Royal.

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 188710

Institut Cl. Logeon