Lettre 859 : Pierre Bayle à Christiaan Huygens

[Rotterdam, le 6 mars 1692]
Monsieur Les lumieres extraordinaires dont Dieu vous a pourveu ne doivent pas etre seulement pour vous ou pour vos lecteurs, mais en general pour tous ceux qui peuvent sortir de leurs doutes en allant consulter votre oracle [1]. Je prens donc la liberté de vous consulter aujourd’hui sur une chose qui n’est pas digne de vous etre proposée, mais enfin j’aurois trop de peine à m’en tirer par mes propres forces, n’etant pas homme de meditation, je vous prie donc Monsieur tres humblement de vouloir vous abaisser jusqu’à cette bagatelle pour m’epargner un tems que j’emploirois peut etre inutilement à chercher / la solution.

Pourroit on dire que des gens plus orientaux que Rome de telle sorte que quand ils ont 9 heures du soir, il est midi à Rome, • ne peuvent point voir le soleil quand il est midi à Rome. Ce qui me fait vous demander cela est que j’ay à refuter Pline qui a dit que les feux qu’on allumoit sur certaines tours pour avertir de l’arrivée des pirates, qu’on allumoit dis-je, hora sexta diei [2] etoient veus vers l’orient jusqu’à des lieux où • il etoit trois heures de nuit. Il est bien certain que cela est impossible, mais je n’ai pas osé avancer que tant s’en faut qu’une lumiere si petite et si basse puisse etre veuë d’une distance qui comprend plus du tiers du rond de la terre (je veux dire neuf heures) le soleil meme si grand et si elevé n’en pourroit pas etre apercu. Ce qui m’a empeché d’oser l’avancer est que dans la sphere oblique on voit le soleil encore qu’il soit eloigné de nous de la distance de neuf heures ; par exemple à Stokolm on le voit l’eté à 3 heures du matin ou meme plutot. Or n’est il pas vrai Monsieur que le meridien sous lequel il est alors est / eloigné de neuf heures du meridien de Stokolm, puis qu’il faut que le soleil emploie neuf heures pour aller de l’un de ces meridiens à l’autre.

De là m’est né un autre doute, c’est de savoir si quand on dit que deux villes different de 30 degrez de longitude lors qu’une eclipse est apercuë dans l’une à 10 heures et dans l’autre à 8 et sic de cæteris [3] il faut prendre ces 30 degrez de longitude dans toutes sortes de paralleles ou de climats, ou seulement par raport à la sphere droite.

Vous comprendrez bien tot ma difficulté Monsieur, et en meme tems mon ignorance puis que si peu de chose est difficulté pour moi. Je voudrois savoir 1° d’où vient que n’y aiant que 90 degrez du meridien à l’horison, il se trouve qu’à l’egard de Stokolm l’eté, le soleil passe par 9 fois 15 meridiens avant que de parcourir la distance de l’horison au meridien de cette ville. 2° pourquoi l’on dit en general et sans restriction que si la ville A voit une eclipse à 10 heures, et la ville B à 8 heures le meridien de la ville A est plus • oriental de 30 degrez que le meridien de la ville B, car si chaque heure repond à 15 degrez ou à 15 meridiens, il faut que le soleil parcoure neuf fois 15 meridiens depuis qu’il se leve à Stokolm, jusques à ce qu’il arrive au meridien de Stokolm, et cependant il ne peut y avoir du meridien d’un lieu à l’horison du meme lieu que le quart du cercle c’est à dire six fois 15 meridiens. /

Je vous demande tres-humblement pardon, de la liberté que je prens, d’occuper la massuë d’un Hercule à ecraser un ver, car mon petit doute à l’egard d’un homme comme vous, n’est que comme un insecte pour ce dompteur de monstres. Je suis avec toute sorte d’admiration Monsieur votre tres-humble et tres-obeissant serviteur Bayle

A Rotterdam le 6 de mars 1692

Notes :

[1] Bayle avait déjà consulté Huygens sur la parallaxe (voir Lettres 779 et 782). Voir aussi F. Chareix, La Philosophie naturelle de Christiaan Huygens (Paris 2006).

[2] hora sexta diei, c’est à dire : à midi. Pour le passage en question, voir Pline, Histoire naturelle, ii.181.

[3] « et ainsi de suite ».

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 196480

Institut Cl. Logeon