Lettre 908 : Christiaan Huygens à Pierre Bayle

[La Haye, le] 26 fev[rier 16]93

A Mr Bayle à Rotterdam

Mon neveu Huygens [1] m’envoie Monsieur ces jours passez le billet • dans lequel vous le priez de vous faire avoir quelque memoire touchant la vie et les ecrits de mon pere, • à qui vous vouliez faire l’honneur d’en faire mention dans vostre Diction[n]aire critique [2]. Vous ne pouviez pas douter • que je ne prenne tres volontiers ce soin, si vous continuez dans le mesme dessein apres • avoir • consideré ce que je vay dire, • c’est que Mr Le Clerc, par M. Mortyer le libraire [3], m’a fait demander un pareil memoire, pour faire entrer mon pere dans le Diction[n]aire de Moreri [4], dont il a entrepris une nouvelle edition et où il doit parler de plusieurs personnes de marque de notre païs et qui m’a fait penser s’il ne semblerait pas qu’il y est de l’affectation et de la superfluité • lors qu’on verrait à peu pres les mesmes choses touchant cette vie paraitre en mesme temps dans • ces deux diction[n]aires. J’avois songé apres cela si en reprenant les fautes de Mr Baillet dans sa Vie de Mr Descartes [5], où il me confond perpetuellement avec mon pere, et me fait curateur de l’academie de Breda lors que j’y estudiay et que je n’avois que 17 ans, si dis je • à l’occasion de cette critique vous ne pouriez pas rap[p]orter • quelques circonstances de sa vie. Mais voila Mr Baillet luy mesme qui par Mr de Beauval m’a prié que je luy fisse un memoire des fautes qu’on luy avoit dit que j’avois trouvé dans son ouvrage, dans l’intention comme il semble de les redresser dans quelque nouvelle edition [6] ou autrement, et d’echap[p]er peut estre par là à vostre censure. • En quoy m’estant trouvé obligé de le satisfaire c’est à vous Mr à juger s’il ne vous est pas pour cette diligence* tout sujet de rien dire à son desavantage dans l’endroit où vous parleriez de mon pere et qu’ainsi cet article ne pourroit avoir ce pretexte. S’il vous plait de me mander vostre sentiment sur ces raisons de douter, j’y sousscriray volontiers et feray tout ce que vous souhaiteriez sans autre som[m]ation. CH

Je vous envoie Monsieur cet argent pour vostre contingent de la premiere des 3 années de fermes* du [Ruytermond] à Zuylichem [7], dont nous avons trouvé bon de traiter en particulier sans intervention du receveur pour d’autant mieux le faire songer à son devoir. Il y a 66 fl. Nous avions cru • vous voir habitant de La Haye au mois de may et en aurions esté fort aises. Mais j’apprends que vous • avez • quit[t]é ce dessein apparemment pour des raisons que vous aurez cru devoir prevaloir. • Je vous prie d’envoier • à Mr Bayle la lettre que j’enferme icy.

Notes :

[1] Le neveu de Christian Huygens est Constantin Huygens, fils de son frère Lodewijk ; il résidait à Rotterdam : voir Lettre 805, n.3.

[2] Bayle consacre le dernier article du DHC à Constantin Huygens sous le titre « Zuylichem (Constantin Huygens, seigneur de) », et la remarque D à son fils Christian.

[3] Pierre Mortier (1661-1711), établi à Amsterdam en 1685, imprimeur du Moréri et de très nombreux ouvrages français : voir I.H. van Eeghen, De Amsterdamse boekhandel, 1680-1725 (Amsterdam, 1960-1978, 5 vol.), iii.256-265.

[4] Il avait déjà été question de cette nouvelle édition de Moreri établie par Jean Le Clerc : voir Lettre 822, n.11, et 932, n.3.

[5] Adrien Baillet, La Vie de Monsieur Des-Cartes (Paris 1691, 1693, 12°, 2 vol.), livre VI, ch. 9, p.297 : « Le grand veneur de Hollande, M. Rivet aumônier et théologien du prince, et M. Huyghens second fils de M. de Zuytlichem avoient été établis curateurs de cette nouvelle université [l’Ecole illustre fondée par le prince d’Orange à Breda], dont l’ouverture ou l’ inauguration se fit avec solennité le 16 du mois de septembre [1646]. » Toute mention de Huygens disparaît de la version abrégée : La Vie de Mr Des-Cartes contenant l’histoire de sa philosophie et ses autres ouvrages. Et aussi ce qui lui est arrivé de plus remarquable pendant le cours de sa vie. Réduite en abregé (Paris 1692, 12°). Huygens est encore cité dans l’édition 1692 (Paris, G. de Luynes) de la version non abrégée de la Vie de Descartes par Baillet, mais la confusion entre le père et le fils a disparu (livre VII, ch. ix, p.286).

[6] Une nouvelle version de l’ouvrage de Baillet venait de paraître : La Vie de M. Des-Cartes (Paris 1692, 12°) ; il semble que le projet d’une nouvelle édition corrigée de la version abrégée n’ait pas abouti.

[7] Voir Christian Huygens, Œuvres complètes, éd. D. Bierens de Haan et al. (’s Gravenhage 1890-1950, 22 vol.), x.399-406, n° 2791 : « De la Vie de Descartes par M. Baillet ».

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 131617

Institut Cl. Logeon