Lettre 913 : Pierre Bayle à Gaston de Bruguière

• [Rotterdam,] le 5 de mars 1693 •

J’espere M[onsieur] m[on] t[res] c[her cousin] que vous aurez seu par la voie du Carla [1] ce qui m’a empeché de vous ecrire. Je croiois que mes deux dernieres lettres avoient ete interceptées et qu’ainsi il ne fal[l]oit plus se servir de votre canal. J’ecrivis un billet à ma belle sœur sous le couvert de son pere [2] où je faisois savoir à Mr de Naud[is] la raison de mon silence. Ne me blamez donc pas de ce que j’ai laissé passer tant de tems sans me donner le plaisir de vous renouveller les assurances de ma tendre amitié.

Vous me • mandez* qu’on vous avoit promis de faire en sorte que Mr Charpentier [3] vous laissat en garnison quelque tems encore où vous etes ; je crois en effet que la recommandation qui s’en meloit auroit reussi. Je ne puis vous y servir car depuis les broüilleries qu’on m’a suscitées [4], et qu’on a fondées sur la calomnie d’un commerce* chimerique avec la Cour de France, j’ai absolument cessé d’ecrire à Paris, quoi que je n’y eusse jamais ecrit pour aucune affaire generale, mais pour des raisons tout à fait particulieres, interets de famille, curiositez de livres nouveaux, et demandes de quelques eclaircissemens pour le livre que je compose. Vous verrez par l’incluse [5] l’etat de mes petites affaires ; je suis comme l’oiseau sur la branche, à cause que l’on pretend user d’autorité, sans entendre mes raisons et mes justifications. J’ai pourtant de la peine à croire que sous un gouvernement moderé et equitable comme est celui sous lequel nous vivons ici, on en vienne à cet excez de rigueur et d’injustice. Je vous souhaitte et à votre chere epouse mille et • mille benedictions temporelles et spirituelles, et vous demande toujours la continuation de votre tendresse.

Tout à vous mon tres cher cousin.

 

Voici comme il faut ecrire mon adresse[ :] à Mademoiselle Wils sur le Winhave.

 

A Monsieur/ Monsieur Boutet marchand/ à S[aint] Martin de Ré/ A l’Isle de Ré

Notes :

[1] Par l’intermédiaire du cousin Jean Bruguière de Naudis : voir Lettre 912.

[2] Ce billet, perdu, envoyé par l’intermédiaire d’ Isaac Brassard, a déjà été mentionné : voir Lettre 912, n.2.

[3] M. Charpentier, commis de Louvois (voir Lettre 256, n.2), qui pouvait avoir autorité sur le déplacement des officiers du régiment de Gaston de Bruguière, en garnison à l’île de Ré.

[4] Bayle avait été accusé par Jurieu d’être l’auteur de l’ Avis aux réfugiés et d’avoir participer à une « cabale » internationale hostile aux intérêts des orangistes : voir Lettre 798, n.1. Ces « brouilleries » devaient entraîner sa destitution de sa chaire à l’Ecole Illustre de Rotterdam : voir sa lettre à Minutoli du 5 novembre 1693 (Lettre 950).

[5] Il s’agit sans doute de la lettre adressée à Jean Bruguière de Naudis : Lettre 912.

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 166497

Institut Cl. Logeon