Lettre 1219 : Pierre Bayle à François Janiçon

A Rotterdam, le 11 e de février 1697

On m’a fait savoir, Monsieur, que le Dictionnaire sera défendu sévèrement dans Paris et dans tout le roiaume ; et cela en conséquence de l’idée qui en a été donnée à Monsieur le chancelier [1]. Ce sera une extrême consolation pour moi, si cette défense peut obliger les libraires de Lyon à ne pas le contrefaire ; car je vous avouë que je souhaite passionnément qu’ils ne multiplient pas les exemplaires d’une première édition, toujours défectueuse, et principalement pour des ouvrages de la nature de celui-ci. Les imprimeurs y ont fait beaucoup de fautes. J’y en ai fait peut être encore plus. On y remédiera si l’ouvrage se réimprime ; mais la réimpression ne seroit point nécessaire ici, si elle se faisoit à Lyon. Je ne dis rien des fautes énormes que les imprimeurs de Lyon feroient. Au reste, soit pour me flatter, soit par quelque autre raison, je m’imagine que le rapport qui a été fait à Monsieur le chancelier, tient du mystère.

Je serois bien fâché que votre voisin, Monsieur l’ abbé Renaudot, jugeât de l’ouvrage de la manière qu’on m’a dit qu’il en juge [2]. J’en appellerois avec raison au tribunal du public. Mais quoi qu’il en soit, je me persuade qu’il n’entre rien de personnel dans tout ceci ; car je ne pense pas avoir rien dit dont Monsieur l’abbé Renaudot se puisse plaindre. Je serois bien blâmable si je l’avois fait. Ce n’est point lui que j’ai en vûë, lorsque je dis quelque chose des nouvellistes [3]. Aiez la bonté, Monsieur, de m’apprendre ce que vous saurez de toute cette affaire. Je prens la liberté de mettre sous votre couvert ces deux lettres ; l’une pour Monsieur Baillet [4], l’autre pour Monsieur Simon [5]. Il y a longtems que je n’ai écrit à Monsieur l’abbé Du Bos [6] : le froid et les incommoditez à quoi l’hyver m’expose en sont cause ; outre que nous n’avons rien ici de nouveau en fait de livres, depuis le nouvel an ; et s’il y a quelque chose, vous l’aurez appris par le dernier journal de notre ami de La Haie [7]. Je suis, Monsieur, votre etc.

 

A Monsieur Janiçon, avocat au conseil, à Paris

Notes :

[1Le chancelier, Louis Boucherat, avait interdit la diffusion du DHC en France après lecture du Jugement d’ Eusèbe Renaudot : voir Lettre 1215 et le texte de Renaudot en annexe à ce volume.

[2A la date de la présente lettre, Bayle n’avait pas encore lu le Jugement de Renaudot, qui devait être publié par Jurieu, Jugement du public et particulièrement de l’abbé Renaudot, sur le « Dictionnaire critique » du sieur Bayle (Rotterdam 1697, 4°) : ce texte se trouve en annexe au présent volume.

[3Bayle avait dénoncé les rapports contradictoires des journalistes des gazettes selon leurs options politiques et selon leur nationalité, mais ne veut pas croire que Renaudot, alors directeur de la Gazette, ait pu se sentir visé par ces remarques générales. Sur le thème des nouvellistes, voir Lettre 65 et, dans le DHC, les articles « Abdérame », rem. G, « Gentilis (Alberic) », rem. D, « Mahomet », rem. D, in fine, « Melampus », rem. B, « Papesse (Jeanne la) », rem. G, « Pellisson », rem. D, in fine, « Virgile, évêque de Strasbourg », rem. A, in fine, Voir aussi A. McKenna, « La lecture contradictoire des gazettes par le jeune Pierre Bayle », in H. Duranton, C. Labrosse et P. Rétat (dir.), Les Gazettes européennes de langue française (XVII e-XVIII e siècles) (Saint-Etienne 1992), p.167-175.

[4La lettre de Bayle adressée à Adrien Baillet est perdue : il s’agissait sans doute d’une lettre d’accompagnement de l’envoi du DHC, car Baillet remercie Bayle de ce « riche et honorable present » dans sa lettre du 15 mars (Lettre 1234).

[5Il ne s’agit pas de Richard Simon, retiré depuis plusieurs années dans sa ville natale de Dieppe, mais d’ Hervé Simon de Valhébert, qui appartenait depuis quelque temps au cercle étroit des correspondants parisiens réguliers de Bayle : voir la lettre de même date que Bayle lui adresse (Lettre 1220).

[6La dernière lettre connue de Bayle à Dubos est celle du 3 janvier (Lettre 1202).

[7Henri Basnage de Beauval, rédacteur de l’ HOS.

Accueil| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | icone statistiques visites | info visites 186399

Institut Cl. Logeon