[Rotterdam, le 20 mai 1697]

Homme très illustre,

Voici les termes en lesquels le très célèbre Baluze fait connaître ce que le très illustre Burman m’avait écrit, et que plus tard vous m’avez confirmé oralement au sujet du recrutement d’un imprimeur [1]. J’ai reçu le détail des conditions qu’il a exigées. Le voici mot pour mot.

 

« Je fournirai toutes les lettres ecrites à Messieurs Hotman ou ecrites par eux à la charge qu’elles seront imprimées au plus tard à la nativité de saint Jean Baptiste 24 e de juin de l’année 1698. A faute de quoi le libraire qui entreprendra cette edition sera tenu de me paier la somme de mille livres, pour la seureté de laquelle il me donnera une caution dans Paris dont je puisse etre content. Je pretens aussi qu’il m’en fera tenir à ses frais à Paris trente exemplaires reliez pour donner à mes amis.
Fait à Paris le 9 e mai 1697

signé Baluze » /

 

Cette condition ne semble pas pesante puisque le temps imparti est de plus de douze mois, le travail même est sans grande difficulté, j’ai entendu en effet qu’il n’y avait pas plus de trois cents lettres. Quoi qu’il en soit, homme très illustre, toujours parfaitement disposé à bien mériter de la République des Lettres, communiquez cela, je vous prie, au très illustre Burman, et faites en sorte que je puisse connaître les dispositions de l’imprimeur, afin que sans délai je puisse avertir mon ami parisien [2].

Ce que moi je vous racontais au sujet de Scaliger [3], comme quoi il aurait fourni à Saumaise l’idée de plaisanter sur Petau, ne concerne pas, il est vrai, Petau, et comme vous l’avez très bien dit, il faut abandonner cette idée, il s’agit de Scioppius. Regardez les Scaligerana contre Scioppius [4].

Portez-vous bien, grand ornement du monde savant, et moi qui honore votre nom avec la plus grande déférence, aimez moi,

Donnée à Rotterdam le 10/20 mai 1697.
Bayle

A Monsieur / Monsieur Grævius professeur / aux belles lettres / A Utrecht

Notes :

[1Sur cette recherche d’un imprimeur pour l’édition des lettres de François et de Jean Hotman proposée par Etienne Baluze, voir Lettres 1218, n.4, 1225, n.2, et 1238, n.2, et 1242, n.1.

[2Il s’agit sans doute de François Janiçon, puisqu’il était l’intermédiaire habituel pour les échanges entre Bayle et Baluze.

[3Cette anecdote racontée par Bayle au sujet de Scaliger et Saumaise ne nous est pas parvenue dans une lettre adressée à Grævius, mais Bayle avait évoqué cette querelle et le rôle de Denis Petau dans sa lettre à Du Rondel du 5 mai 1692 (Lettre 864).

[4Scaligerana, ou bons mots, rencontres agreables et remarques judicieuses et sçavantes de J. Scaliger avec des notes de M. Le Fevre, et de M. de Colomiès. Le tout disposé par ordre alphabétique en cette nouvelle édition (Cologne 1695, 12°), p.364 : «  Scioppius scripsit adversus Jesuitas : il veut monter plus haut, et est ridicule comme le singe qui tant plus monte-t-il haut, tant plus montre-t-il le derriere. Edidit Varronem Augustiæ Vindelicorum ; invenit bonum exemplar, et exagitat me, quem olim tantoperè laudavit : vexat me in Varronem quem juvenis olim scripsi. Est Apostata, ita Pontifex utitur Romæ Apsotatis Germanis, ut agnoscant quos accusent, et quos honorificè habeant. In carcere semper mittunt qui cogant recantare, quod si non recantes intra triennium, tunc submergeris vel strangularis occultè. »

Accueil| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | icone statistiques visites | info visites 269730

Institut Cl. Logeon