Lettre 1265 : Pierre Bayle à Hervé-Simon de Valhébert

[Rotterdam, le 23 mai 1697]

J’ai dit dans ma lettre à Monsieur l’ abbé Bignon [1] que les imprimeurs de mon Diction[n]aire ont fait bien des fautes : j’en decouvre tous les jours beaucoup ; je n’ai pu relire toutes les epreuves, et ils n’ont pas corrigé tout ce que j’avois marqué qu’ils corrigeassent dans celles que je revoiois. Ce matin j’ai decouvert un gros mensonge qu’ils m’ont fait dire dans l’article de « Magin » [2]. J’avois ecrit professeur dans l’université de Boulogne etoit de Padoüe, au lieu de cela on lit dans l’imprimé professeur dans l’université de Boulogne et de Padoüe. On me fait debiter une fausseté ; • tout le monde me l’imputera quoique j’en sois innocent. Le mal est venu de ce que les imprimeurs ayant sauté le mot etoit ; le correcteur y remedia par un et, car il ne prit pas la peine de consulter la copie. Voila à quoi les auteurs sont exposez. Il faut qu’ils portent la peine de leurs fautes et de celles des correcteurs d’imprimerie. •

 

A Monsieur / Monsieur Simon de Valhebert

Notes :

[1La présente lettre accompagnait sans doute une autre de même date adressée à l’ abbé Bignon, le « patron » de Valhébert ; celle-ci ne nous est pas parvenue.

[2Le texte fut corrigé dans la deuxième édition : DHC, art. « Magin (Jean Antoine) » : « professeur de mathématiques dans l’université de Boulogne étoit de Padoue. »

Accueil| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | icone statistiques visites | info visites 186240

Institut Cl. Logeon