Lettre 1347 : Pierre Bayle à Bernard de La Monnoye

[Rotterdam, le 20 janvier 1698]

Pour Monsieur de La Monnoie

Je vous suis infiniment obligé, Monsieur, de la peine que vous voulez prendre de mettre en ordre vos observations sur la lettre A de mon Diction[n]aire. Elles me seront d’un profit inestimable pour la revision de mon livre, et plut à Dieu que je pusse le corriger tout entier sur de pareilles instructions.

Je conviens qu’au0tou= se doit rap[p]orter à Carneade ; votre conjecture est là dessus tres heureuse, et vous l’ap[p]uiez sur de tres fortes raisons, mais comme Diogene Laerce se trompe souvent, je suis fort tenté de croire qu’il a pretendu que le Metrodore qui quit[t]a la secte d’Epicure pour se joindre à Carneade, etoit disciple d’Epicure immediatement. Car il considere Epicure en cet endroit là comme un docteur qui charmoit à la maniere des sirenes, et qui captivoit ses auditeurs. Il me semble que cela est person[n]el, et concerne non le dogme, mais les / manieres du docteur.

J’ai changé le vers que vous me marquez. Mr Du Rondel le plus grand philologue qui soit sorti de France par la derniere persecution, et absolument parlant, un habile homme, bon poete, bon Grec, aiant le gout de l’ancien et du moderne a eté charmé de votre fable, lui qui admire peu de choses s’est repandu en louanges d’admiration qui remplissent plus d’une page. Je n’ai montré à personne cet ouvrage là qui ne m’en ait demandé instamment une copie, ce que je leur ai accordé.

20 e de janv[ier] 1698
Accueil| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | icone statistiques visites | info visites 269710

Institut Cl. Logeon