Lettre 1393 : Pierre Bayle à Claude Nicaise

[Rotterdam, le ] 27 e de nov[embre 16]98

Qu’est ceci, Monsieur ; contre votre coutume vous laissez passer bien du tem[p]s sans me donner de vos nouvelles : cela me prive de mille agremen[t]s que je trouve dans votre commerce de lettres, et je crains que votre santé ne vous permette pas d’etre aussi ponctuel que vous l’etes naturellement. Je souhaite passionnement d’ap[p]rendre que ma crainte est mal fondée.

Je suis bien aise que l’exemplaire du Dict[ionnaire] critique que je me donnai l’honneur de vous envoier soit arrivé à Dijon, mais je tremble quand je considere que vous y trouverez cent mille choses à redire. Je vous ai envoié des exemplaires dont le premier volume a eté reimprimé. Cette reimpression n’a pas eté corrigée par l’auteur à l’egard des fautes d’impression car on y proceda avec tant de rapidité que l’on faisoit plus de 25 feuilles par semaine. Les correcteurs n’avoient pas le tem[p]s de respirer et cela joint à leur peu d’exactitude / naturelle a eté cause qu’il s’est glissé beaucoup de fautes qui ne sont pas dans l’exemplaire de Mr de La Monnoie ; car celui là est de ceux dont j’ai revu toutes les epreuves. Il est vrai qu’on peut faire quelque compensation, parce que dans les feuilles qui ont eté rimprimées il y a par ci par là quelques corrections ou additions à la marge principalement qui ne sont pas dans les premiers exemplaires, ni par consequent dans celui de Mr de La Monnoie. Je vous prie de faire mes complimen[t]s à ce bel esprit, et à cet excellent critique.

Faites moi la grace de m’ap[p]rendre si Mr Foucher est mort. Il me semble qu’il y a dans quelqu’une de vos lettres quelque expression qui insinuë cela.

Je ne puis trouver en ce pais aucune des vies que feu Mr de La Mare a publiées, celle de Philander[,] des fr[ères] Guyons etc. ainsi je recours à vous Monsieur, et je vous sup[p]lie d’emploier / vos soins pour me les faire recouvrer.

Je vous ecris sous le couvert de Mr Chene avocat en votre parlement ; je lui parle de deux ou trois livres nouveaux que nous avons en ces quartiers*. Toute l’Europe se va remplir de journaux de scavan[t]s. Desbordes va redonner les Nouvelles de la republique des lettres : il se fait un journal latin à Lubeck, et dès le mois de janvier on en donnera un à Francfort qui aura pour titre Polyhistor Litterarius. Si Mr de Beauval ne travailloit pas à la revision du Furetiere, je pense qu’il donneroit chaque mois son Histoire des ouvrages des savan[t]s, afin de courir la meme lice que le nouvel auteur des Nouvelles de la republique des lettres qui est un ministre refugié nommé Bernard, celui là meme qui donne depuis long tem[p]s chaque mois les Lettres historiques.

Je suis Monsieur tout à vous

Bayle

A Monsieur / Monsieur l’abbé Nicaise

Accueil| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | icone statistiques visites | info visites 268454

Institut Cl. Logeon