Lettre 270 : Pierre Bayle à Jacques Lenfant

Roterdam le 9 de mai 1684

Il n’y a que peu de jours Monsieur que votre lettre du 1 avril m’a esté rendüe [1], dont la raison est qu’elle n’a pas esté mise à la poste, mais entre les mains du commis de Mr Leers. Je ne merite nullement ni les remerciments que vous me faites pour l’edition des Considerations generales [2], ni ceux qui concernent les Pensées diverses [3], car pour ce qui est de ce dernier livre c’est un si petit present qu’il n’en faut point parler et pour l’autre le plaisir de contribuer à l’instruction et à la satisfaction publique et de rendre un petit service à un auteur si digne de l’estime et de l’amitié des honnetes gens, m’a été si sensible qu’au lieu d’attendre des actions de grace[,] j’en dois à celuy qui me l’a procuré.

Au reste Mr vous ne deviez pas vous donner le soin de payer la relieure des deux exemplaires que vous destinez à Mr Jurieu et à moy, et si Mr Leers savoit que son garçon eut pris votre argent en vous connoissant pour l’auteur du livre qu’il a imprimé et dont vous avez ordonné la relieure de deux exemplaires, il l’en gronderoit asseurement. •

Je vous envoye un billet de Mr Jurieu et une lettre pour Md me de Chadirac à qui et à Mr de Chadirac, je presente mes tres humbles services [4].

Je vous aprens que je travaille touts les mois à donner un Journal des sçavans, et que celuy de mars qui est le premier est achevé d’imprimer, mais il ne se debite pas encore. Je vous en enverray des que j’en auray. Si les scavans de vos quartiers font quelque chose je vous prie de me l’apprendre aussy bien que ce qui s’imprimera à Geneve. Faites part de cette nouvelle, je vous prie de ma part, à Mr Fabricius, et luy dites que je seray fort aise d’avoir à parler de ses ouvrages. Le journal de Paris a fait mention d’un ouvrage imprimé à Heydelberg, composé par un Mr Fabricius, et intitulé Apologia generis humani circa atheismum . J’ay cru que c’etoit votre Mr Fabricius[,] aprenez moy si je me trompe [5].

Mr*** fut l’autre jour en cette ville et y precha devant le synode des arminiens qui luy donna de l’employ dans leur Ecole d’Amsterdam, où il n’a pas la permission de precher [6]. Nous parlames fort de vous. Je suis, Monsieur votre tres humble et tres obeissant serviteur

 
B[ayle]

Ecrivez moy en billet je vous supplie.

Notes :

[1Cette lettre de Jacques Lenfant est perdue.

[2Sur la publication de l’ouvrage de Lenfant, voir Lettre 254, n.1.

[3Sur la publication de la seconde édition de la Lettre sur la comète sous le titre Pensées diverses, voir Lettre 254, n.1.

[4La lettre de Jurieu à Lenfant est perdue. Sur les Chadirac , voir Lettre 119, n.19.

[5Voir NRL, juillet 1684, art. III, le compte rendu de J.-L. Fabricius, De limitibus obsequii erga homines (Heidelbergæ 1682, 4°). Bayle indique que le livre contient « deux autres dissertations en manière de Dialogues », à savoir « de ludis scenicis » et « Apologeticus pro genere humano contra calumniam Atheismi ». Bayle parle encore de l’ouvrage sur la seule foi du JS du 3 avril 1684, quand il écrit la présente lettre. Sur J.-L. Fabricius, voir Lettre 249, n.10.

[6Voir Lettre 254, n.14, sur cette interdiction de prêche faite à Jean Le Clerc.

Accueil| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | icone statistiques visites | info visites 263934

Institut Cl. Logeon