Lettre 418 : Isaac de Benserade à Pierre Bayle

[Paris, le 18 mai 1685]

• Je me suis acquité Monsieur de l’ordre que vous m’avez donné de rendre et de presenter à l’Academie le beau present que vous luy faites [1], il a eté receu avec tout l’honneur que cela vous peut faire aussi bien qu’à nous ; ceux même[s] qui se croyoient un peu blessez dans vos relations en ont parlé dignem[en]t, et Mr l’ abbé de Dangeau qui opina le premier dit que non seulem[en]t son avis etoit que la chose fut mise sur nos registres, mais que pour vous punir des petites railleries que vous aviez faites contre luy [2], c’est à dire pour vous temoigner plutot l’estime qu’il faisoit de vous, il soühaitoit et demandoit que vous envoyassiez tous les mois vos relations comme une des choses du monde qui etoit le plus de son gout. Il n’y eut pas une voix qui n’apuyat la sienne ; ainsi il faut que je cherche quelqu’autre endroit pour me signaler aupres de vous et vous faire bien connoitre la tendresse et l’estime que j’ai pour vous / qui me fait tant d’honneur. En verité Mons r nous demeurames tous d’accord de votre merite et ce fut un sentim[en]t unanime que c’etoit une belle commodité pour les ignorans et pour les paresseux que de lire le jugem[en]t que vous faites des livres et c’est tout comme si on les avoit lûs, afin de prononcer capablem[en]t sur eux.

Adieu Mr soyez persuadé que personne n’est plus veritablem[en]t à vous que

 
Benserade

Notes :

[1A la suggestion de Benserade, Bayle avait envoyé des exemplaires des NRL à l’Académie française : voir Lettre 335, p..

[2Bayle avait égratigné l’ abbé Louis de Courcillon de Dangeau dans le compte rendu de l’ouvrage qu’il avait composé avec l’ abbé Timoléon de Choisy, Quatre dialogues (Paris 1684, 12°) : voir NRL, août 1684, art. VI, et Lettres 299, n.11, et 320, n.15.

Accueil| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | icone statistiques visites | info visites 268439

Institut Cl. Logeon