Lettre 539 : Nicolas Malebranche à Pierre Bayle

• A Paris le 15 mars [1686] [1]

Monsieur

Vous étes trop bon et trop honête. Vous en avez trop fait pour votre tres humble et tres obligé serviteur. Je vous assure Monsieur que je suis tout penetré de sentimens de reconnoissance et que je ne puis vous exprimer ce que je sens en moi même quand je pense à ce que vous avez bien voulu faire pour un homme qui ne peut jamais vous etre bon à rien. Sans vous M. Léers m’auroit je croi remué bien loin. Mais que vous ayez voulu prendre la peine de revoir les feuilles de l’impression de ma Reponse [2], travail degoutant s’il en fut jamais, c’est au plus ce que j’aurois du esperer non seulement d’un bon ami mais d’un homme qui n’auroit rien eu à faire. Je scai • par vos ouvrages et par vos emplois que votre tems vous est extremement precieux, non seulement à vous Monsieur mais à tous ceux qui scavent profiter de vos travaux, et vous l’avez employé à mettre au jour une reponse qui ne méritoit peut etre pas plus de voir le jour que les Reflexions de mon adversaire. Je vous proteste que c’est ce que j’ai peine à comprendre et que je ne l’oublierai jamais.

J’ai lu les 9 lettres de M. A[rnauld] [3] et je ne repondrai qu’à la 5. 6. et 7. Un[e] autre personne a déja repondu pour moi [4], et je pense que cela suffira. Car ce ne sont que des detours perpetuels. J’ai presque achevé ma reponse [5] qui consistera en 4 lettres[ :] dans la 1 ere j’explique et je prouve mon sentiment sur l’efficace de la grace • / du Sauveur. Dans la 2 e je refute le pretendu lutheropelagianisme que M. A[rnauld] m’accuse de soutenir[ ;] dans la 3 e et 4 e je justifie le reproche que j’ai fait à M. A[rnauld]. Mr de Witt [6] a envoyé les 2 premieres en Hollande (il m’a donné bien des marques d’amitié et je l’honore comme le digne fils et neveu de deux grands hommes en toutes manieres. Cette petite parenthese me fait honneur et vous fait plaisir [7])[.] On envoyera le reste au 1 er jour mais c’est à condition Monsieur que vous ne vous chargerez point de l’impression. Je vous prie seulement d’exhorter M. Leers d’y faire travailler le plutost qu’il poura. Ce sera je croi mon dernier livre par rapport à M. Arnaud. Ses remises à l’egard du livre precedent me faisoient apprehender qu’il ne me voulust laisser là. Les deffenses perdent la moitie de leur force lors [qu’elles] ne paroissent qu’apres que les critiques ont fait leur [réponse]. Je n’ai pu encore voir l’ Avis charitable et prudent que M. A[rnauld] vous a donné sur mon sujet ni votre reponse [8]. C’est un etrange homme[,] je n’y comprens rien.

Mais j’ai vu tous vos journaux, hormis celui de fevrier. C’est toujours pour moi un grand regale. Il est difficile plus que jamais de rien avoir de chez vous. Mes livres sont encore un [peu] plus rares que les vôtres. Mais j’espere que cela ne durera pas toujours.

Continuez Monsieur d’aimer une personne qui ne peut vous etre bonne à rien mais qui vous honore extremement et qui est aussi sensible à l’amitié que les plus passionnez amis.

 

A Monsieur/ Monsieur Bayle professeur de/ l’histoire et de la philosophie/ A Rotterdam •

 

Notes :

[1L’année se déduit facilement du contenu de la lettre ; elle a été ajoutée sur le manuscrit autographe par Gigas.

[2Dans sa lettre du 22 janvier 1686 (Lettre 502), Malebranche remerciait Bayle d’être intervenu auprès de Reinier Leers afin que sa première Réponse à Arnauld soit imprimée au plus tôt. Il le remercie ici d’avoir accepté de revoir les épreuves de ses Lettres [...] à un de ses amis, dans lesquelles il répond aux « Réflexions » de M. Arnauld sur le « Traité de la nature et de la grâce » (Rotterdam 1686, 12°) : voir Lettre 502, n.6. Bayle annoncera cette publication dans les NRL, mars 1686, cat. i.

[3Antoine Arnauld, Lettres [...] au Père Malebranche, prêtre de l’Oratoire (s.l. 1685, 12°), ouvrage annoncé par Bayle dans les NRL, novembre 1685, cat. iii ; il les désigne de nouveau, les dernières lettres étant imprimées, en juin 1686, cat. x, in fine.

[4Nous suivrons l’hypothèse d’A. Robinet ( Malebranche, O.C., xviii.414, n.1) concernant cette réponse aux Lettres d’ Arnauld : il s’agit sans doute d’ Henri Lelevel (1655 - ?), éphémèrement oratorien entre 1677 et 1680, qui aurait préparé une réfutation des premières Lettres d’ Arnauld, restée manuscrite. Lelevel devait entrer de nouveau dans la bataille autour de la philosophie de Malebranche lors de sa critique de Pierre-Sylvain Regis sur la doctrine cartésienne de la création des vérités éternelles : La Vraye et la fausse métaphysique, où l’on réfute les sentimens de M. Regis et de ses adversaires sur cette matière. Avec plusieurs dissertations et toutes les pièces justificatives des sentimens du Père Malebranche (Rotterdam 1694, 12°). Sur cette bataille, voir Dictionary of 17th century French philosophers, dir. L. Foisneau (New-York 2008), art. « Regis, Pierre-Sylvain » par S. Charles.

[5Malebranche, Lettres [...] touchant celles de M. Arnauld (Rotterdam 1687, 12°), qui ne font pas l’objet d’un commentaire de Bayle dans les NRL.

[6Johan de Witt, fils du grand Pensionnaire de même nom et parent d’ Adriaan Paets, était secrétaire de la ville de Dordrecht ; il séjournait à cette date à l’ambassade hollandaise à Paris : voir Lettre 504, n.1.

[7Il est à noter ici que Malebranche attribue ici à Bayle une sympathie pour les frères de Witt , et donc pour le parti « républicain » anti-orangiste, dont Adriaan Paets avait longtemps été un représentant éminent : voir L’Affaire Bayle, op. cit., Introduction.

[8Malebranche fait allusion à l’ Avis à l’auteur des Nouvelles de la républiques des lettres (Delft 1685, 12°), dont Bayle avait donné un résumé dans les NRL, décembre 1685, art. I. Dans cet Avis, Arnauld s’en prenait aux remarques critiques de Bayle concernant les attaques d’ Arnauld contre la doctrine malebranchienne du plaisir, comme aussi à la déclaration de Bayle qu’ Arnauld « ne croit ni science moyenne, ni liberté d’indifférence ». La Réponse magistrale de Bayle fut publiée comme appendice des NRL au même mois de décembre (Lettre 495).

Accueil| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | icone statistiques visites | info visites 259562

Institut Cl. Logeon