[La Haye, le 18 mai 1686]

A Bayle

Le six avant les Calendes de mars, je vous ai informé que le très éminent Witzius et moi nous vous permettions de faire savoir à Thévenot que c’est moi qui lui avais écrit la lettre que vous avez insérée dans vos Nouvelles [1], mais je doute que les conseils donnés dans ma lettre aient été bien suivis, car vous ne m’avez pas donné le renseignement que j’avais demandé, c’est-à-dire si Monsieur Basnage de Flotmanville avait essayé de démontrer que l’opuscule publié par le très distingué M. Arnold n’était pas de s[ain]t Athanase [2]. Encore que ce scrupule me soit ôté et que je sache que l’auteur de cette opinion est un autre homme du même nom, qui vit chez vous et que j’ai écouté ici avec admiration il n’y a pas longtemps interprétant [les choses graves]. Les mystères de Jésus-Christ et de notre Dieu sont cependant des choses dont j’ai décidé de discuter brièvement avec vous.

[Au] mois d’avril p.772 je vous vois jeter des doutes sur la lettre qui est portée de côté et d’autre au nom de la Reine de Suède [3], ce que je n’aimerais certainement pas avoir fait. Celle-ci en effet m’avait été envoyée de Suède, grâce à l’ homme très illustre qui s’occupe des affaires de la Reine [4] et qui a reçu la lettre à Rome et dont je peux vous assurer qu’il n’a pas agi frauduleusement car elle paraissait élégante et digne à plusieurs qui l’ont lue. Je l’ai publiée moi-même avec une autre que vous mentionnez p.475 et dont cependant l’auteur m’est connu comme étant des plus ignorants [5] ; lettre que, si l’occasion s’en présente, vous pourrez insérer, sans mon nom, cependant, dans les actes suivants.

p.415. J’ai remarqué la mention du livre composé par Baudelot [6], où en plus d’antiquités variées je vois même mettre en lumière mon Harpocrates ; à cause de quoi je vous demande vivement de me prêter cet opuscule pour quelques jours, ou plutôt de me l’acheter s’il se trouve chez les libraires, je rembourserai tout de suite l’argent dépensé à Leers le libraire et vous pourrez le ravoir de son frère à Rotterdam [7]. Je brûle d’un grand désir de voir les productions de Baudelot, puisque je suis en train de publier Harpocrate(s) augmenté [8] et en même temps j’achèterai les antiquités les plus rares et inédites. Vivez longtemps.

La Haye 15 e avant les Calendes de Juin.

Notes :

[1La lettre de Kuiper à laquelle il fait ici allusion est datée du 14 février 1686 (Lettre 515) ; Kuiper y répondait à la lettre de Bayle du 31 janvier 1686 (Lettre 506), où il demandait au savant la permission de donner à Melchisédec Thévenot le nom de Nicolaas Witsen comme étant l’auteur de la « carte de Tartarie » et celui de Kuiper comme étant l’auteur de l’éloge de cette même carte publié dans les NRL, octobre 1684, art. VI.

[2Dans sa lettre du 27 janvier 1686 (Lettre 505) adressée à Kuiper, Bayle avait recommandé Samuel Basnage de Flottemanville pour un poste de pasteur et professeur de théologie à Deventer. Kuiper avait répondu le 14 février (Lettre 515) que Flottemanville devait sans doute être appelé à Zutphen dans le Gelderland. En effet, son père, Antoine Basnage de Flottemanville, était pasteur à Zutphen et Samuel devait lui succéder quelques années plus tard. Kuiper avait aussi demandé à Bayle si Flottemanville était l’auteur de la Lettre 411, publiée dans les NRL, juillet 1685, art. IV, qui contestait l’attribution du Syntagma doctrinæ à saint Athanase. A cette question, Bayle n’avait pas répondu, mais Kuiper sait apparemment, comme il l’affirme un peu plus loin, que l’auteur de cette lettre est Jacques Basnage : sur cette question, voir Lettre 515, n.6.

[3Dans les NRL, avril 1686, cat. vi, in fine, Bayle fait allusion à la réponse de Christine de Suède au chevalier de Terlon datée de Rome du 2 février 1686, réponse qu’il publiera en entier dans le numéro du mois suivant, mai 1686, art. IV, in fine, où le reine exprime ses réticences à l’égard de la révocation de l’édit de Nantes et des persécutions qu’elle a déclenchées (voir Lettre 579, appendice). Le passage relevé par Kuiper est le suivant : « il y a beaucoup d’apparence que tous les confessionaux françois seroient rigides pour la reine de Suède, s’il étoit vrai qu’elle eut répondu au chevalier de Terlon la lettre qu’on fait courir, où elle condamne hautement le procédé de la France convertissante, et sur tout lors qu’elle fait réflexion à la conduite du clergé françois contre le chef de l’Eglise. Il y a bien des protestants qui n’osent croire qu’une reine qui fait profession de la catholicité ait écrit une telle lettre ; mais du moins faut-il qu’ils avouent la réalité des Lettres patentes de Sa Majesté britannique en faveur des réfugiez. »

[4Hugues, chevalier de Terlon (1620 ?-1690 ?), ambassadeur de France en Suède peu après 1655. Il revint en France en 1663 et fut nommé conseiller d’Etat. De 1667 à 1675, il fut ambassadeur au Danemark.

[5Bayle avait publié dans les NRL, avril 1686, cat. viii, p.475, une « Lettre de Monsieur N. à un seigneur d’Angleterre, s’il est bon d’employer des jesuites dans une mission ». Cet ouvrage est dû à Gabriel Gerberon, bénédictin proche de Port-Royal : sur lui, voir Dictionnaire de Port-Royal, s.v., et, sur l’attribution de la Lettre, J.M. de Bujanda, Index librorum prohibitorum (Montréal, Genève 2002), p.380.

[6Dans son compte rendu de l’ouvrage de Baudelot de Dairval , De l’utilité des voyages et de l’avantage que la recherche des antiquitez procure aux savans (Paris 1686, 12°, 2 vol.), dans les NRL, avril 1686, art. V, Bayle avait précisé : « Il louë extremement la dissertation que M.  Cuper a publiée sur cette divinité [Harpocrate] ; mais il ajoûte qu’il lui semble que ni lui ni aucun autre savant n’a dit, que les antiques composées qui nous restent d’Harpocrate, n’ont pas eu d’autres temples que le laraire des particuliers. »

[7Kuiper, habitant La Haye, donnera l’argent à Arnout Leers, libraire-imprimeur exerçant dans cette ville ; Bayle l’obtiendra par l’intermédiaire de son frère Reinier Leers, libraire-imprimeur à Rotterdam.

Accueil| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | icone statistiques visites | info visites 262910

Institut Cl. Logeon