Lettre 664 : Frédéric de Dohna à Pierre Bayle

De Copet ce 26/16 novembre 1686

Monsieur Le sieur quartier maistre general Ivoy [1] s’en retournant en Hollande, je l’ay prié de vous remetre cette lettre, et de vous asseurer de la continuation de ma vieille amitié, vous priant de me donner par fois de vos nouvelles qui me seront toûjours tres agreables. J’ay leu avec beaucoup d’exactitude et de plaisir vos Pensées diverses [2]. Si vous aviés assés de loisir pour composer quelque traitté semblable qui batit en ruine l’atheisme qui est l’horreur mais malheureusement le charme du siecle, comme vous avés confondu l’idolatrie et les superstitions par vos Pensées diverses, ce seroit encore rendre un grand service à l’Eglise [3]. Je n’ay pas leu avec le même atachement vos autres beaux traités ; ce qui m’oblige à vous prier de me dire en quel endroit vous avés redressés le Pere Mainbourg sur le sujet de / nôtre famille, et du general des reitres, et si ce n’est pas dans son Histoire de la Ligue qu’il en parle [4]. Il faut avoüer que dans les grandes calamités de l’Eglise • Dieu nous a suscité quelques excellens hommes • refugiés en Hollande qui en prenent heureusement et glorieusement la defense. Dieu faira cesser les persecutions et oublier nos maux ; mais vos excellens écris subsisteront toûjours. Dieu veüille vous conserver longues et heureuses années pour sa gloire et pour cet interest, comme l’en prie Monsieur, vôtre tres humble et tres affectionné serviteur Frederic de Dona [5] A Monsieur/ Monsieur Bayle professeur/ en histoire/ A Roterdam •

Notes :

[1Maximiliaan d’Yvoy (1621-1686), ingénieur militaire et architecte des fortifications, responsable des provisions de l’armée des Etats généraux. Il avait été employé par Frédéric de Dohna avant de rejoindre l’armée hollandaise en 1673. Il mourut à Cologne le 14 décembre 1686. Voir Nederland’s Adelsboek, 46 (1953), p.538, et Lettre 122, n.22.

[2Voir la lettre du comte de Dohna adressée à Bayle au mois de juin 1683 comportant un commentaire sur les Pensées diverses (Lettre 223).

[3Il est intéressant de constater que le comte de Dohna n’a retenu des Pensées diverses que la dénonciation de l’idolâtrie et non pas le plaidoyer pour la tolérance des athées ni même la thèse présentée sous forme de « paradoxe » sur l’existence d’une société d’athées.

[4Frédéric de Dohna a entendu parler du compte rendu que Bayle avait fait de l’ Histoire de la Ligue de Maimbourg (Paris 1684, 12°) dans les NRL d’avril 1684, art. III, mais il se méprend en croyant que le journaliste a rectifié les propos de l’ancien jésuite. Maimbourg, dit Bayle, « blâme aussi et il réfute fortement tous ces historiens passionnez, ou mal instruits, qui ont parlé du baron de Dona général des reîtres comme d’un gentilhomme dont la naissance n’étoit pas assez relevée pour cet emploi. Pour lui il a mieux pénétré dans la verité de la chose, et il a soûtenu avec beaucoup de justice que ce baron étoit d’une des plus anciennes et des plus illustres maisons de la Prusse, et que ses ancêtres avoient possedé, depuis plusieurs siecles, la dignité de burggrave, qui est une des plus considerables de l’Empire. Son Alt[esse] Electorale de Brandebourg met parmi ses titres la glorieuse qualité de burggrave de Nuremberg, et c’est mal traduire ce mot en notre langue que de l’exprimer par le titre de baron, qui signifie beaucoup moins que l’autre. »

[5La lettre est écrite d’une autre main mais signée et parfois corrigée par le comte.

Accueil| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | icone statistiques visites | info visites 268457

Institut Cl. Logeon