Lettre 667 : Jacques Le Fèvre à Pierre Bayle

• De Paris ce 1 e decembre 1686

La reputation que s’est acquis[e] Monsieur l’eveque de S[ain]t-Pons tant par sa science que par sa vertu, est si grande Monsieur que je croi vous faire plaisir [1] de vous envoyer une Instruction sur le sacrifice de la messe etc. qui sort de la plume de ce grand prêlat [2]. Connoissant combien vous estes juste dans vos jugemens[,] je m’asseure Monsieur que vous donnerez à vos lecteurs une haute idée de l’erudition de cêt evêque, puis qu’il tient depuis longtemps un rang tres considerable dans la Republique des Lettres, aussi bien que dans l’Eglise de J[ésus] C[hrist]. Je n’entreprends point dans cette lettre Monsieur de vous faire remarquer ni la science profonde que paroit posseder de l’Antiquité • l’auteur de cette instruction ni sa grande fidelité[,] c’est un aveu qu’on a tout sujet d’attendre de vous dans le temps que vous fairez connoitre au public ce que vous pensez de son livre ; celui-ci n’est pas le seul que M. l’evêque de S[ain]t-Pons ait composé au sujet des calvinistes. Il en fit imprimer un l’an 1682 : dans lequel il taschoit de persuader à ses freres separéz du sein de l’Eglise catholique le tort qu’ils avoient d’en s’etre separéz [3][,] mais aujourd’huy comme on n’a rien à leur dire sur leur schisme, ce pasteur qui veille continuellement pour le salut des ames que Dieu lui a confiéez apres avoir travaillé avec un soin extreme à les instruire de la religion que nostre monarque s’estoit declaré qu’il souhaitoit qu’ils embrassassent reconnoissant la difficulté qu’ils sentent encore à banir de leurs esprits les sentimens heretiques qu’ils / ont pour ainsi dire sucé[s] avec le laict[.] Il s’est resolu de traiter une matiere si souvant agitée, qui est le sujet du livre que je vous envoie, pour les fortifier dans la foi dont ils ont depuis peu fait une proffession aussi autantique que volontaire ; ce dernier mot vous estonnera Monsieur sans doutte si vous n’estes informé de quelle maniere M. l’evêque de S[ain]t-Pons s’est comporté envers les protestans de son dioceze, soit en les preparant à faire abjuration de leurs heresies, soit en recusant leurs abjurations. Je vai vous faire part de son procédé en une affaire aussi delicate que celle-ci : lors que la volonté du Roi lui fut declarée sur ce sujet, il pria M. le duc de Nöailles [4] de n’envoyer point de soldats dans son dioceze, l’asseurant qu’il avoit une entiere confiance qu’il fairoit par ses instructions frequantes et assidües rendre tesmoignage à la verité par des personnes qui en paroisoient si esloignées. • En effet ce grand evêque a la consolation d’avoir ramené dans son bercail deux mille cinq cens brebis egareez, et cella seulement par les armes de la douceur [5]. / J’entends par ses instructions, par ses catechismes, et ses predications sans qu’il soit entré un seul soldat dans son dioceze pour l’accomplissement de cette grande œuvre, au lieu que plusieurs de ses confreres doivent avoir le déplaisir d’avoir commis à des dragons presque tout le soin des conversions qui se sont faites dans leurs diocezes. Si je voulois, Monsieur, vous d’ecrire la maniere toute sainte avec laquelle M. l’evêque de S[ain]t-Pons en a usé avec ses calvinistes vous conviendriez avec moi, que ces pauvres gens ont bien lieu de se loüer de lui, et que s’il s’est fait quelque bonne conversion dans la France certainement c’est dans le dioceze de S[ain]t-Pons [6]. Je me souviens que j’ecris à une personne dont le temps est fort precieux, c’est pourquoi il faut, Monsieur, que je finisse cette lettre en vous asseurant que j’ai esté tesmoin de ce que je vous y rapporte de M. l’evêque de S[ain]t-Pons, et que je suis, Monsieur, vostre tres humble et obeissant serviteur Le Fevre

Notes :

[1Sur Jacques Le Fèvre, voir Lettres 318, n.8, 449, n.27, 455, n.16, 555, n.13, et 556.

[2Pierre-Jean-François Percin de Montgaillard (1633-1713), évêque de Saint-Pons de 1664 à 1713, Instruction sur le sacrifice de la Messe, sur la réalité du corps et du sang de Jésus-Christ dans l’Eucharistie, indépendamment de la foi de celui qui la reçoit, et sur l’adoration qui lui est dûe dans ce sacrement... adressée [...] aux nouveaux convertis de son diocèse... (Toulouse 1686, 8°), précédée d’une « Instruction pastorale » de l’auteur ; l’ouvrage a connu une nouvelle édition in-12° à Paris chez J. Conterot et L. Guérin sous la date de 1687. Respectueux de la liberté de conscience, Percin de Montgaillard qualifia les dragonnades d’hérétiques : voir R. Sauzet, Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au XVII e siècle (Paris, Louvain 1979), et Au grand siècle des âmes. Guerre sainte et paix chrétienne en France au XVII e siècle (Paris 2007), p. 222.

[4Anne Jules de Noailles, comte d’Ayen puis duc de Noailles (1650-1708), était gouverneur de Languedoc de 1682 à 1689 ; c’est lui qui, avec le marquis de Boufflers, organisa les dragonnades dans cette province.

[5« Le Roy a ésté adverti que M. l’évêque de St-Pons n’a point voulu se servir de troupes pour obliger les religionnaires de son diocèse à se convertir », écrivait Louvois à Basville le 11 décembre 1685. Il ajoutait que « Sa Majesté aura bien agréable que vous me mettiez en estat de lui rendre compte de la vérité de cet advis et du nombre des religionnaires qui restent dans ce diocèse ». Dans sa Lettre pastorale, seconde année, XIII e lettre, datée du 1 er mars 1688, Jurieu devait faire l’éloge de l’attitude de Percin de Montgaillard pendant la persécution des huguenots.

[6Le Fèvre demande ainsi à un huguenot réfugié de se réjouir de la conversion « douce » de ses coreligionnaires. Bayle a dû penser avec ironie à un passage de son ouvrage Ce que c’est que la France toute catholique : voir ce passage cité, Lettre 468, n.8. Le refus paradoxal des autorités de reconnaître officiellement l’usage de la force, malgré les tentatives publiques de justifier l’emploi de la force par l’exemple de saint Augustin, constitue l’un des thèmes majeurs de ce pamphlet de Bayle.

Accueil| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | icone statistiques visites | info visites 269725

Institut Cl. Logeon