Lettre 703 : Henri Justel à Pierre Bayle

[Londres,] Ce aoust 1687

J’ai appris avec bien de la joie le rétablissement de votre santé [1], à laquelle tous les honnêtes gens prennent part. Je vous conseille d’en avoir plus de soin que vous n’avez fait, et de la ménager davantage. Notre machine est si délicate, qu’il est difficile qu’elle subsiste si on ne la choïe, et qu’on n’en ait un soin très particulier : la mienne commence à être tout à fait usée, dont je me console. On ne fait rien ici de nouveau ni de considerable, la conjoncture n’étant pas favorable aux Muses. Vous aurez vû peut-être le livre de Monsieur Newton du mouvement des planetes [2], que les mathématiciens considerent comme un chef d’œuvre. Il y a peu de gens qui soient capables de juger de son mérite, à cause qu’il y entre de tout ce qu’il y a de plus fin dans la géometrie et dans l’algebre. Nous attendons de France une relation de la Chine, qui sera contraire à celle que les Jésuites / nous en ont donné [3]. J’aurai bien de la joie de la voir, afin de m’en servir contre Monsieur Vossius [4]. Tout le monde regrette ici le journal de votre façon, qui étoit tout à fait curieux, et écrit d’une maniere qui plaisoit à tous les honnêtes gens. Je vous demande toûjours quelque part dans la continuation de votre amitié, que je voudrois pouvoir mériter par mes services. Vous m’obligerez de considerer la personne qui vous rendra ce billet, qui est de mes amis, et fort honnête homme [5]. Je suis, Monsieur, votre très-humble et très-obéïssant serviteur, Justel 

Notes :

[1Sur la maladie de Bayle, voir son propre récit dans sa lettre à son cousin Naudis du 27 juillet 1687 (Lettre 702).

[2Justel avait annoncé la publication du grand ouvrage de Newton, Principia mathematica, dans sa lettre du 8 août 1686 : voir Lettre 611, n.13.

[3Justel fait peut-être allusion à la publication prochaine du Journal du voyage de Siam fait en 1685 et 1686 (Paris 1687, 4°) par l’abbé de Choisy.

[4Il s’agissait sans doute de contrer l’ouvrage d’ Isaac Vossius sur l’âge du monde : Auctarium castigationum ad scriptum de ætate mundi, qua ostenditur natale mundi tempus annis minimum 1440 vulgarem æram anticipare (Hagæ-Comitis 1659, 4°). Cependant, il est à noter que Paul Colomiès venait de faire paraitre en 1686 une « Lettre à M. Justel touchant l’ Histoire critique du Vieux Testament du Père Simon », publiée dans l’ouvrage d’Isaac Vossius, Observationum ad Pomp. Melam appendix. Accedit ejusdem ad tertias P. Simonii objectiones responsio. Subjungitur Pauli Colomesii ad Henricum Justellum epistola (Londini 1686, 4°), et que Justel était attentif à cette publication : voir Lettres 487, n.15, et 628, n.6.

[5Nous ne saurions identifier cet intermédiaire.

Accueil| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | icone statistiques visites | info visites 263934

Institut Cl. Logeon