Lettre 435 : Dethlev Cluver à Pierre Bayle

Londres le 25 de june [/5 juillet] 1685

 [1]
Monsieur,

Il y a quelques semaines, qu’un gentilhomme allemand fils d’un professeur de Leipzig s’en est party pour aller en Hollande, j’ay lu[i] baillé une lettre pour vous, laquelle marquoit pour desir de vous envoyer quelque nouveauté dans les sciences mathematiques, [de l’] infini[,] si vous voulez prendre la pe[ine] de l’inserer dans vostre journal [2]. Mais depuis ce temps là j’ay receu point de reponce et je soupconne que la lettre n[e f]ut pa[s] bien rendue. Trouvant donc un[e] autre occasion, par le moyen d’un marchant hollandois qui s’en va à Utrecht, je fais la mesme instance [e]n vous priant de m’advertir en deux ou trois mots • quan[d] vous le trouverez à propos de vous envoyer ou addresser u[ne] petite description touchant ces inventions. Tout le monde a icy [d]e l’inpatience qu[e] vos Nouvelles arrivent si lentement parceque nous avons encore point de may ni de juni[.] C’est sans doute la ne[g]l[ig]en[ce] des libraires. En attandant donc votre reponce je reste Monsieur vostre serviteur tres hunble.
Dethlev Cluv[er]

La maison où je demeure icy est située in Ne[w]street near S[h]oelane overagainst Mr Knowles.

Les nouvelles d’Ecosse contiennent que cet rebel Argile est pris et on est à cette heure à la chasse du duc de Monmouth, qui sera pris encore ou vif ou mort en peu [d]e jours. Une hache detournera leur dessein pour prendre la couronne. [3]

• A Monsieur/ Monsieur Baile/ auteur des Nouvelles de la/ republique des lettres, et/ professeur en philosophie/ Rotterdam/ par un amy

Notes :

[1Cluver indique la date en style julien, car il fait allusion à la Lettre 432, datée du 8/18 juin 1685, comme à une lettre écrite « quelques semaines » auparavant.

[2Christian Thomasius, fils de Jacob, avait porté à Bayle la Lettre 432 de la part de Cluver. Quant à l’article promis pour les NRL, voir Lettre 432, n.1.

[3Sur le duc de Monmouth, voir Lettre 176, n.13. Archibald Campbell, neuvième comte d’Argyll (1629-1685), Ecossais et protestant intransigeant qui refusait d’accepter la suprématie du roi dans les affaires civiles et ecclésiastiques, fut condamné à mort pour haute trahison en 1681, mais réussit à s’évader pour se réfugier en Hollande. Il s’y allia à la conspiration pour assurer la succession du duc de Monmouth et se mit à la tête d’une tentative d’invasion de l’Ecosse en 1685. Celle-ci ayant échoué, il fut décapité à Edimbourg le 30 juin. James Scott, duc de Monmouth, neveu protestant et ennemi du catholique duc d’York, futur Jacques II, s’était lui aussi réfugié en Hollande, mais, dès l’accession de Jacques II au pouvoir en 1685, il revint en Angleterre avec une petite armée, qui ne tarda pas à grandir. Elle fut cependant mise en déroute sur la plaine de Sedgemoor par les forces armées royales le 6 juillet 1685. Monmouth prit la fuite, mais fut rapidement capturé et décapité à Londres le 15 juillet. Dans les NRL, janvier 1686, cat. iii, Bayle annoncera la publication d’un ouvrage sur la résistance d’ Argyll et de Monmouth : Histoire des évenemens tragiques d’Angleterre et des derniers troubles d’Ecosse, contenant une relation des conspirations contre les rois Charles II et Jacques II avec les principales circonstances de la vie et de la mort du duc de Monmouth et du comte d’Argile. Tirées des mémoires anglois et flamans (Cologne 1686, 12°). Voir aussi le Mercure galant, juillet 1685, p.140-262, 334-352.

Accueil| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | icone statistiques visites | info visites 263933

Institut Cl. Logeon