Lettre 1299 : Pierre Bayle à François Janiçon

[Rotterdam, le 5 septembre 1697]

Le second tome du Pere Hennepin sur les Decouvertes des païs septentrionaux de l’Amerique vient de paroitre. Il y a une preface où il s’excuse fort légérement sur ce qu’il a exhorté le roi d’Angleterre à faire convertir ces peuples barbares, et où il maltraite quelques moines qui ont fait de relations de ces païs là.

Un Allemand nommé Funccius a fait un livre sur l’avantage de notre siecle, il s’intitule Vindicia hujus sæculi. Il montre mais maigrement que nôtre siécle ne céde aux précéden[t]s ni en esprit, ni en vertu.

J’ap[p]ris hier d’un gentilhomne anglois que toute l’Ecosse s’infecte des opinions fanatiques d’ Antoinette Bourignon, et qu’on craint que la contagion ne s’étende jusqu’en Angleterre, où, l’on s’apperçoit déja de ses progré : c’est pourquoi un habile homme de cette nation vient de publier un livre contre les bourignonistes. C’est une chose étrange que tout d’un coup le molinosisme devienne à la mode dans des païs si differen[t]s de mœurs et de religion, car je voi qu’en France les evêques prennent beaucoup de précautions contre cela, c’est presque la même chose que le bourignonisme.

J’ai écrit depuis assés longtemps à Paris que l’on m’avoit dit que l’auteur du journal latin, que l’on publie à Utreckt, s’ap[p]elle Crœse, et que c’est lui qui avait publié l’ Histoire du quakerisme. Je viens d’apprendre que cela est faux, l’auteur de ce journal est un Allemand qui demeure à Utreckt et qui a nom Coster. Ce mot en ce païs ci est le nom qu’on donne aux portiers des temples, c’est pourquoi il se qualifie à la tête de son journal L. Neocorus. C’est avoir grécisé son nom / car newko/roj veut dire un ædituus, un portier d’Eglise ou un balieur de temple. Cet homme là écrit nettement et donne fort bien l’abrégé d’un livre, mais la latinité de Crœsius dans l’histoire du quakerisme est fort mauvaise et obscure. Il a parlé dans les mois de juin et juillet des œuvres du Pere Sirmond et de l’ Histoire de France du Pere Daniel rimprimée à Amsterdam.

On imprime à Paris une Histoire du nestorianisme dont on a vû en ce païs ci le premier livre, je veux dire que le libraire, ou l’auteur ou ses amis en ont montré quelques cahiers. J’ai ouï dire à des connoisseurs qui les ont lus que cet ouvrage est bien écrit et très docte.

Les nouvelles publiques de nos gazettes vous auront appris la reception magnifique que la ville d’Amsterdam a faite à l’ambassade de Moscovie, mais je ne sai s’ils vous auront appris ce qu’il y a de plus singulier dans cette ambassade, c’est que le grand duc est en personne à la suite de ses ambassadeurs. Il devoit arriver à La Haye hier au soir, il a pris cet expédient de voyager incognito, et on lui a inspiré cette pensée afin qu’ayant vû les cours de l’Europe il y ap[p]renne la maniére d’introduire dans ses Etats une chose qui y manque, c’est la culture de l’esprit, tant par rap[p]ort à l’art militaire que par rap[p]ort aux sciences. On dit que Mr Le Fort[,] Genevois qui s’est fort poussé à la cour de Moscovie[,] a fait resoudre le czar d’établir des academies de quelque sens qu’on les prenne[,] soit pour des colléges, soit pour des maisons à apprendre le manége, et autres exercices de gentilhomme. Un prince comme celui là pourrait aisement conquerir jusques aux confins de la Chine s’il entendoit et ses sujets l’art militaire, comme on l’entend chez les princes alliés contre la France, et comme on l’entend en France.

Je suis etc.

Accueil| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | icone statistiques visites | info visites 186950

Institut Cl. Logeon