Lettre 1322 : Pierre Bayle à Jean de Bayze

A Rotterdam, le 5 e de novembre 1697

Il y a long-tem[p]s, Monsieur, que j’ai reçu la lettre, que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire. Je vous eusse répondu plutot, si je n’avois espéré de jour en jour de voir Mr le docteur Smith, chapelain de Sa Majesté britannique ; mais je n’ai pas eu encore cet avantage et je ne se sai si je l’aurai. Quand Sa Majesté sera venuë à La Haie, j’espere qu’alors il viendra faire un tour à Rotterdam.

Je vous félicite de tout mon cœur d’avoir pour patron Mr Molesworth, dont le mérite est si connu par toute l’Europe, et qu’il a si bien fait connoître dans ses emplois et dans ses livres. Je vous demande la grace de l’assurer de mes respects.

On ne sait pas encore de quelle manière la cour de France se conduira envers ceux qui sont sortis du roiaume pour fait de Religion. Si elle leur permet de revenir, pour jouïr de leur bien, vous pourrez, Monsieur, aller disposer du vôtre : si elle ne le permet pas, vous ne seriés point en sûreté à l’ombre de la fonction de gouverneur d’ un jeune seigneur anglois. Il faut donc, ce me semble, attendre à quoi elle se déterminera. On le saura bien-tot.

Je m’estimerai le plus heureux du monde, si je puis marquer à l’illustre prélat, qui vous honore de sa protection, et que j’ai eu l’honneur de voir ici lors qu’il étoit avec Mylord Paget, combien je suis dévoué à son très humble service. Je souhaiterois que la librairie nous fournit des matériaux dignes de sa curiosité : de bon cœur, je quit[t]erois toute autre occupation, pour vous écrire ce qu’il y a de nouveau sur ce sujet, afin que vous lui en fissiés part. Mais il ne se passe gueres rien de considérable en ce genre de nouvelles.

Mr Grévius a enfin achevé son édition de Callimaque. Elle contient de très belles notes, et un commentaire ample et savant de Mr de Spanheim, ministre d’Etat en Brandebourg. Un médecin de Blois, nommé Bernier, a publié à Paris des Observations sur les œuvres de Rabelais. On m’a dit qu’elles sont assez curieuses. Un docteur de Sorbonne, nommé Boussac, a fait imprimer un ouvrage dont je ne connais encore que le titre : Noctes Theologicæ, seu Dissertationes in quibus sublimes alias Scientias Theologiæ ancillari colligere sit, ipsam que illis prælucare. On fait une nouvelle edition des Lettres du cardinal d’Ossat, plus ample que toutes les précédentes, avec des notes de Mr Amelot de La Houssaie. Je ne vous parle point des Mémoires et des Lettres de Bussi Rabutin, si connu par son Histoire amoureuse des Gaules ; car, il y a déjà quelque tem[p]s que ces deux ouvrages sont imprimez.

Mr de La Placette vient de publier un Traité de la foi divine, qui est fort bon, et Mr Saurin son cinquieme tome contre Mr Jurieu. Le livre, qu’on vient d’imprimer en ce païs, Argonauticon Americanorum, avoit eté imprimé à Munich l’an 1647. Ce n’est donc qu’une nouvelle edition ; et, d’ailleurs, ce n’est que la traduction d’un livre espagnol, faite par le jésuite Bisselius. Il s’agit là des voiages d’un certain Pierre Victoria, qui se fit jésuïte dans le Pérou.

Le livre, que Mr Léti a publié sur les loteries, lui a fait beaucoup d’ennemis, dont quelques-uns ont écrit contre lui violemment. Il vient de faire imprimer un Recueil de lettres.

Adieu, mon très cher Monsieur, je suis etc.

Accueil| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | icone statistiques visites | info visites 263951

Institut Cl. Logeon