Lettre 1326 : Jacques Du Rondel à Pierre Bayle

• [Maastricht,] le 15 nov[em]bre 1697

A vous ecrire aussi souvent que je fais sans grande necessité, ni aucun sujet important, j’ai bien peur, mon cher Monsieur, que vous ne me disiez aut agito paucis, aut abi, aut me laborantem adjuva : c’est pourquoi pour ne vous point faire perdre de tem[p]s, je vous dirai que j’ay veu Mr le doyen, et que je lui ay montré l’endroit de votre lettre que vous m’aviez marqué, qui lui plut à tel point qu’il le relût par deux fois. Il me parut tout / changé, soit qu’il n’eut plus son janseniste aupres de lui, et qu’il fut revenu à soi même, soit qu’il eut eu le loisir de reflechir sur ce qu’il m’avoit ecrit tant y a qu’à comparer la visite de l’autre jour avec le billet que je vous ai envoyé, il y a de la difference comme du jour à la nuit. Il recommença de nouveau à vous donner mille louanges, et mille eloges, et m’asseura qu’il avait, et qu’il aurait pour vous une estime qui durerait autant que sa vie. Il fut ravi de voir dans la lecture dudit endroit de votre lettre que vous n’etiez point de ces auteurs ombrageux, et glorieux, qui se cabrent sur tout et qui ne sauraient souffrir aucun mot d’avis. Il vous en trouva plus honnete homme, et me chargea de vous faire ses baise-mains.

Je vous remercie de vos nouvelles lit[t]eraires ; mais apprenez-moi un peu des votres ; etes-vous bien avancé dans votre Sup[p]léement ? ou songez vous à quelque autre ouvrage ? vous reposez-vous, ou si vous continuez d’agir à votre maniere toujours rêvant, toujours ecrivant, toujours approuvant une chose, toujours prescrivant une autre, toujours poursuivant la verité, jusques dans le plus profond de ses abymes etc. ...que je sache un peu...

Accueil| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | icone statistiques visites | info visites 263952

Institut Cl. Logeon