Lettre 1383 : Gijsbert Kuiper à Pierre Bayle

[Deventer, le 29 septembre 1698]

A Mons[ieur] Bayle

Monsieur,

Votre lettre m’a esté rendue à Mastric par Mr Du Rondel, et j’en suis de retour depuis hier. Je m’en vais demain à Swol, pour y rester par deux ou trois semaines, et je suis bien marry, que je n’aie pas eu [le plaisir] de voir icy Mr l’abbé de Bos.

Je ne sçay s’il y ait esté [ sic], mais s’il reste encore quelques semaines en Hollande, j’aurois un tres grand plaisir de l’embrasser, aussi tost que je serois de retour à Deventer, dont je vous marqueray en peu des [ sic] jours precisement le temps.

Il me pourroit voir icy, mais je n’y sçaurois satisfaire pleinement à sa curiosité.

J’ay reçu depuis peu des lettres du Pere Pagi, et de Mr. l’abbé Nicaise ; ils se plaignent tous deux, que mon Histoire / des trois Gordiens, et les lettres qui l’accompagnoient, soient interceptées ou perdues. Cela me fache* asseurément, principalement à cause que ces lettres etoient fort longues, et remplies de beaucoup de lit[t]erature. Malheur à ces vouleurs [ sic] des grands chemins de la Repub[lique] des Lettres ; et je ne puis pas comprendre, comment un homme puisse etre si effronté, de derober des lettres, et de se parer ce qui peut arriver avec le temps, des pensées et des inventions d’un autre. Je ne crois pas pourtant, que votre amy, à qui vous avez envoiez ces paquets, en soit coupable, mais que ce malheur leur est arrivé, depuis qu’ils sont partis de Paris. Que faire[?] il faut avoir patience, et esperer, que mes lettres seront plus heureuses une autre fois.

Je demeure, Monsieur votre tres h[umble] serv[iteur]

A Dev[enter] 19/29 sept[embre 16]98

J’ay acheté en chemin faisant des bellissimes medailles et medaillons, dont quelques uns sont anecdotes.

Accueil| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | icone statistiques visites | info visites 262907

Institut Cl. Logeon