Lettre 1394 : Pierre Bayle à François Janiçon

A Rotterdam, le 4 de decembre, 1698

Voici, Monsieur, quelles sont présentement nos nouveautez lit[t]éraires. Mr Léti vient de publier, en italien, une très longue Vie du duc d’Ossone, vice-roi de Naples. Il nous apprend qu’elle est sous la presse, traduite en françois. Il paroit une troisieme édition fort augmentée du Voiage d’Italie de Mr Misson. Il en parait une seconde aussi fort augmentée du Voiage de Mr Du Mont. Ce Monsieur Du Mont vient de publier aussi quelques traitez politiques servan[t]s à l’intelligence des articles de la paix de Ryswyk.

Un janséniste, déguisé sous le nom de Vincentius Palæophilus, a publié Refutatio Prodroma Libelli famosi, cui titulus, Breve Memoriale etc. C’est une réfutation d’un Mémoire de l’état et progrès du jansénisme en Hollande, qui a paru d’abord en françois, in 12, et que quelques uns donnent au Pere Doucin. Il a depuis été imprimé en latin in 4. L’ouvrage de Mr Noodt, professeur en droit à Leide, De Fœnore et Usuris, est fort estimé. Saumaise, et plusieurs autres, y sont doctement refutez. Vous avez vu, sans doute, la seconde et la troisieme partie de l’ Apologie du Pere Papebroch contre les accusations des carmes, et l’ouvrage italien de l’ abbé Buonarotti intitulé Osservationi istoriche sopra alcuni medaglioni antichi, imprimé à Rome.

Un professeur de Padoüe, nommé Michel Ange Fardella, grand cartésien, a publié à Venise, un in folio, intitulé Animæ Humanæ Natura, ab Augustino detecta in Libris de Quantitate Animæ, decimo de Trinitate, et de Animæ Immortalitate. Il publia l’année passée, une Lettre in 8, in cui brevemente, s’essaminano e rigettano le Oppositioni, proposte contra i Principii della Philosophia Cartesiana, dal Dottore Matthæo Giorgi. Ce Mathieu George, medico e patritio Albinganense

, avoit fait un livre intitulé Saggio della nuova dottrina di Reno Des Cartes. C’est ce que Fardella réfute. Le même Mathieu George s’est déclaré pour la fréquente saignée ; car, voici le titre d’un de ses livres, qui parut l’année passée, Phlebotomia liberata ; sive Apologia pro Sanguinis missione in Febribus, aliisque Morbis magnis. Il répond à Dominique de La Scala, auteur d’un livre intitulé Phlebotomia damnata.

Mr Spanheim, professeur en théologie à Leide, a fait une dissertation, où il soutient que Lucius, roi des Bretons, et l’impératrice Julie Mammée, et l’empereur Philippe, n’ont jamais été chrétiens. J’ai le manuscrit françois d’une dissertation de Mr Dubourdieu, ministre françois à Londres, laquelle a été imprimée en anglois, et qui mérite de paraître aussi en notre langue. On y réfute pleinement la tradition du martyre de la légion thébéenne. Je croi qu’on l’imprimera bientôt à La Haie, ou à Amsterdam.

Je ne croi pas me tromper, en prenant Mr Corbinelli pour l’auteur de plusieurs lettres insérées parmi celles du comte de Rabutin, sous le nom de Mr. C. Veut-il que je le découvre au public ? A propos des Lettres de ce comte, je vous dirai que les étoiles, qui y sont si fréquentes, me déplaisent infiniment. Je ne vois personne à qui elles ne déplaisent, et qui doute que les lettres adoptives, et en particulier celles de Mad[ame] de Sévigné, ne soient meilleures que celles le Mr de Rabutin. Cette dame avoit bien du sens et de l’esprit. Le bruit a courru [ sic] que Mr Ménage l’a aimée galamment : elle mérite une place parmi les femmes illustres de notre siecle. Mons r Perrault ne fera-t-il pas un livre pour elles, aussi bien que pour les hommes ? Je voudrois bien savoir quelque chose de l’histoire de celle-là. Je la mettrois volontiers dans mon Diction[n]aire. Elle sera sans doute dans le nouveau Moréri de Paris, et Mad[ame] Des-Houlieres aussi.

On écrit , par une autre lettre qu’on a imprimé en Hollande, une Satire contre la mode, sans nom d’auteur ; aussi bien que des Mémoires de M[essi]re Jean Baptiste de La Fontaine, chevalier, seigneur de Savoie, et de Fontenai, brigadier et inspecteur général des armées du Roi, à la tête duquel est un avertissement fort court, qui porte que l’auteur a été du tem[p]s à la Bastille, où il parle fort contre feu Mr de Baisemaux qui en étoit gouverneur, et des intrigues qui se font dans ce chateau. Le sieur Moetjens, libraire de La Haie, fait imprimer tous les actes de la paix de Ryswyk, comme il fit imprimer autrefois ceux de la paix de Nimegue. C’est Mr Bernard, auteur des Nouvelles de la république des lettres qui les met en ordre.

Je suis etc.

Accueil| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | icone statistiques visites | info visites 263933

Institut Cl. Logeon