Lettre 1644 : Gijsbert Kuiper à Pierre Bayle

A Deven[ter] le 19 e d’oct[obre] 1704

A Mr Baÿle

Monsieur

J’ay recû depuis peû ûne lettre de Mr Galland, où il me mande, què Mons[ieur] Foucaûlt n’a pas recû le paquet, qûe je vous aÿ envoye il y a ûn an et demÿ, pour le lûÿ faire tenir [1].

Voûs m’avez escrit alors, qûe vous aviez occasion de le faire passer seûrement à Brûxelles, si je ne me trompe, et c’est poûr cela, que je voûs prie de me voûloir escrire, ce que voûs en scavez, et à qûi vous l’avez addressé, afin qûe Mr Foûcaûlt, qûi est fait conseiller d’estat depûis six mois [2], s’en puisse informer. /

J’aÿ lû avec ûn tres grand contentment vos Responses aûx questions d’ûn Provincial [3], et je vous prie de me voûloir mander, aû qûel sûjet voûs voûs appliquez maintenant.

Car pûis qûe voûs estez d’ûne grande lectûre, et d’un jûgement solide, il ne se peût faire, oû votre esprit agissant se sera determiné à ûne semblable, oû à ûne aûtre matiere de lit[t]eratûre, et je suis persuadé que toût ce qûe voûs entreprenez de cette sorte d’estûde sera bien reçû dû pûblic. /

Mes prodûctions, comme les Exercitations sûr les medailles, marquées d’ûn oû plûsieûrs elephan[t]s, l’ Histoire des III Gordiens, qûi sera aû moins aûssi grande que L’Apotheose, et d’aûtres dissertations se reposent [4], les libraires alleguent la gûerre, et je ne les presse pas non plûs ; il me vient fort soûvent dans l’esprit, fat patria priamoq[ue] elatûm ; je voûs prie d’envojer l’enclose [5] à Middelboûrg, et d’etre persuadé, qûe je sûis Monsieur, votre tres h[umble] serviteûr Cuper

Notes :

[1] Sur ce paquet, retardé par l’interdiction du courrier, puis perdu, semble-t-il, voir Lettre 1597, n.2. Sur les relations épistolaires entre Galland et Kuiper, voir Antoine Galland, Journal (1646-1715), éd. F. Bauden et R. Waller avec la collaboration de M. Asolati, A. Chraïbi et E. Famerie (Louvain, Paris 2011-2015, 4 vol.), et les actes du colloque Antoine Galland (1646-1715) et son Journal, dir. F. Bauden et R. Waller (Louvain, Paris 2017).

[2] Sur l’intendant Nicolas-Joseph Foucault, voir Lettre 1597, n.2. Il avait été appelé à Paris comme conseiller d’État et devint aussi chef du conseil de Madame – c’est-à-dire de Madame Palatine (Élisabeth-Charlotte de Bavière, 1652-1722), veuve de « Monsieur », Philippe d’Orléans (1640-1701).

[3] Sur la publication de la RQP en octobre 1703, voir Lettre 1633, n.14.

[4] Gijsbert Kuiper, De Elephantis in nummis obviis exercitationes duæ (Hagæ-Comitum 1719, folio) ; il mentionne aussi son Historia trium Gordianorum (Daventriæ 1697, 8°) : voir Lettres 991, n.10, 1297, n.5, 1314, n.1 et 1324, n.1, sur cette réfutation de l’ouvrage de Dubos.

[5] Nous ne saurions préciser à qui s’adressait cette lettre « enclose ».

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 193640

Institut Cl. Logeon