Lettre 1361 : Pierre Bayle à Consistoire de l’Eglise wallonne de Rotterdam

[Rotterdam,] le 11 may 1698

Mr Caillaud [1] a remis au consistoire un memoire de Mr Bayle portant qu’il n’y a que les obstacles du libraire qui aient rétardez jusques icy, la publication de l’imprimé, que la Compagnie a souhaité de lui : [2] et qu’il est tout disposé à publier cet imprimé en cas qu’on ne trouve pas les raisons du libraire recevables : sur quoy la Compagnie a resolu de faire dire à Mr Bayle, par Mr Caillaud, qu’il doit satisfaire à son engagement et donner son ecrit incessam[m]ent et avant de le faire imprimer qu’il eut à le communiquer à Mrs Pielat, Superville, Le Page et Mr le bourguem[est]re : van d[e]r Hoeven, pour l’examiner et qui en feront rap[p]ort à la Comp[agnie] [3].

Notes :

[1] Etienne Caillaud, diacre de l’Eglise wallonne de Rotterdam en 1694 et 1695, et de 1698 à 1700, ancien en 1704 et 1705. Voir H. Bost, Le Consistoire de l’Eglise wallonne de Rotterdam, 1681-1706. Edition annotée des actes avec une introduction historique (Paris 2008), s.v.

[2] Sur cette exigence de corrections par écrit de la part du consistoire de l’Eglise wallonne de Rotterdam, voir Lettres 1324, n.8, 1344 et 1345, et les actes du consistoire en Annexe I de ce tome. Le conflit autour du DHC était public et les nouvelles circulaient rapidement : voir la lettre de Philippe-Sébastien Diodati à Jean-Alphonse Turrettini du 10 avril 1698 : « Quant à l’affaire de Bayle, le consistoire, qui a examiné son Dictionnaire, en a fait plusieurs extraits, et notamment au sujet de l’article « David ». On a fait comparaître l’auteur et on lui a ordonné d’enlever tout ce qu’il pourrait y avoir de profane et de sale. Bayle a remercié ces Messieurs de leurs avis et s’est engagé à faire les corrections. C’est une grande mortification pour un philosophe de se voir réduit à cela et une grande joie pour Jurieu. Il est certain qu’après la défense qu’on lui a faite [d’enseigner] dans la ville, la bonne opinion qu’on avait de lui a diminué. » (Pitassi, Inventaire, n° 1161, i.766).

[3] Ce sont les membres de la commission constituée pour l’examen des explications de Bayle sur les reproches qui lui avaient été faits sur la première édition du DHC : Phinéas Piélat, pasteur, qui devait partir pour Orange au cours de l’année 1698 ; Daniel de Superville, pasteur ordinaire de l’Eglise wallonne de Rotterdam ; Antoine Le Page (?-1701), pasteur de 1695 à 1701 ; Jan vander Hoeven, « bourgmestre régent », secrétaire du consistoire depuis 1697. Sur le rapport de la commission, voir Lettre 1324, n.8, et les actes du consistoire en Annexe I de ce tome. Sur les membres de la commission, voir aussi H. Bost, Le Consistoire de l’Eglise wallonne de Rotterdam, s.v.

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 191900

Institut Cl. Logeon