Lettre 278 : Pierre Bayle à Christiaan Huygens

A Roterdam le 29 de mai 1684
Monsieur

Je ne sai comment j’ai osé sans vous en demander avis, entreprendre de composer un Journal de scavans [1]. J’avois dessein d’aller tout expres à La Haye pour vous consulter sur cela, mais la precipitation du libraire qui voulant engager la chose se hata de commencer l’impression, dequoi il s’est apres bien relaché, fit que je crus qu’au premier jour j’aurois les Nouvelles de mars imprimées, et que je pourrois mieux aprendre alors votre sentiment, car en effet Monsieur vous verrez mieux ce qui manque à l’execution du projet, en parcourant l’essai que j’en donne, qu’en m’entendant dire simplement le projet que j’avois pris. Je croi Monsieur que Monsieur de Wilhem votre cousin n’a pas oublié la priere que je lui fis / de vous parler de cette affaire de ma part [2], et c’est encore une chose qui m’a fait differer de vous en parler moi meme pendant que la chose a eté sous la presse. Presentement qu’elle est publique je prens la liberté Monsieur, de vous en envoier un exemplaire, et de vous supplier tres humblement de m’avertir de ce qui vous en deplairra.

J’ai une autre grace à vous demander, c’est que quand vous aurez quelque chose à faire savoir au public, vous aiez la bonté de vous servir de mes Nouvelles. J’ai fait grand fond sur vous Monsieur, sachant l’incomparable penetration de votre esprit, et l’application infatigable qui vous fait decouvrir tant de beaux secrets, et perfectionner et inventer tant de belles machines. On fera beaucoup d’honneur à la Hollande, et à mes Nouvelles si on apprend par leur moien comme de la premiere source, ce qui partira de votre genie [3]. J’espere / d’avoir l’honneur de vous saluer à La Haye au premier jour et de vous asseurer de bouche comme je fais ici par ecrit que je suis

Monsieur

Vostre tres humble et tres obeissant serviteur

Bayle

Notes :

[1] Bayle envoie à Huygens un exemplaire du premier numéro des NRL du mois de mars 1684, qui venait de paraître, le 27 mai. Comme nous l’apprendrons dans la Lettre 279, c’est Isaac Claude, résidant également à La Haye, qui fut chargé de donner cet exemplaire, accompagné de la présente lettre, à Huygens.

[2] Il s’agit ici de Maurits le Leu de Wilhem (1643-1724), fils unique de David le Leu de Wilhem et de Constance Huygens, sœur de Constantin Huygens et amie de Descartes. Voir DHC, art. « Wilhem », rem. F, sur Maurits, doyen du Conseil et Cour féodale de Brabant à La Haye : « J’en puis parler par expérience ; car c’est une des prémieres connoissances que j’eus l’honneur de faire à mon arrivée en Hollande ». Voir aussi C.C. van Valkenburg, « Het regentengeslacht (Le Leu) de Wilhem », Jaarboek van het Centraal Bureau voor Genealogie 25 (1971), p.132-180.

[3] Bayle rend compte de l’ Astroscopia compendiaria tubuli optici molimine liberata de Huygens (La Haye 1684, 4°) dans les NRL de mai 1684 (cat. iv). Voir aussi Lettre 293, n.19.

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 180441

Institut Cl. Logeon