Lettre 630 : Samuel Allard à Pierre Bayle

A Embde ce 18 e sept[em]bre 1686
Je vous promis Monsieur lorsque j’eus l’honneur de vous voir à Roterdam [1] de vous envoyer un abregé d’un livre que Monsieur Oldembourg ministre en cette ville a fait imprimer depuis peu à Leuvarde [2] ; comme ce livre est escrit en flamand j’ay esté obligé à prier l’autheur de me donner en latin l’extrait que je vous envoye ; je vous dirai seulem[en]t que ce n’est pas d’aujourdhui que Monsieur Oldembourg commence à escrire contre les sociniens[.] On a veu il y a deja quelques années quelques lettres de luy dans lesquelles il répond aux difficultés que quelques sociniens luy avoient fait [3][.] Il a meme mis au jour quelques conferences qu’il a eües sur ces sortes de matieres [4] ; on fait beaucoup de cas icy de ses ouvrages ; pour moy qui ne scais pas un mot de flaman je ne vous en peus rien dire si ce n’est que l’autheur ayant l’esprit net et raisonnant aussy juste qu’il fait[,] je ne doute point que vous ne rendiés un agreable service au publicq si vous donnés quelque place à son livre dans vos Nouvelles. Apres cela Monsieur vous voulés bien que je vous dise qu’il me semble que vous ne nous avés point parlé dans vos Nouvelles d’un certain livre qui a esté imprimé à Cologne chés Jean Pauli l’année passée qui a pour tiltre Tuba pacis ad universas dissidentes in occidente ecclesias, seu discursus theologicus, de unione ecclesiarum Romanæ et protestantium, nac non amica compositione inter hosce cœtus per Mathæum Prætorium  [5][,] meme là pressum. Cet autheur se dit lutherien mais il y a beaucoup d’aparence qu’il est tout a[u]tr[e] et que c’est un veritable catholique romain qui se presente à nous [sous] le nom de lutherien et de conciliateur ou du moins qu’il aspire à que[lque] pension s’il ne l’a pas dêja de la part du clergé de Rome, il s’avise apres avoir proposé ses methodes pour la reunion, d’escrire au pape, à l’empereur, aux rois et aux princes electeurs pour les porter à avancer cete œ[uvre]. Dans la lettre qu’il escrit au Roy de France, il approuve et lou[e] sa conduite envers les reformés pour les obliger à entrer dans la [religion] romaine, d’une maniere qui fai[t] [a]sses c[onno]istre que l’interest luy / fait prendre parti. Je serois bien aise d’aprendre le jugem[en]t que le sçavant Monsieur Jurieu fait de cet autheur et de son livre ; et je ne serois pas fâché s’il est vray comme on dit qu’il travaille à un projet de reünions entre nous et les lutheriens qu’il sceut que dans les differens lieus où je me suis trouvé en Allemagné, surtout en Prusse j’ay trouvé des professeurs lutheriens, qui soustiennent hautem[en]t qu’on se peut sauver dans la communion romaine [6][.] Il est vray que j’ay trouvé les professeurs d’une celebre accademie fort partagés sur cet article, et s’entredeschirants publiquement les uns les autres, s’il avoit les ouvrages de Dreïer professeur à Cunisberg et les reponses qu’on y a fait[es] [7] il en descouvriroit plus que je ne luy en peus dire[.] Il est temps Monsieur que je vous quitte, je ne m’apercevois point que pour une premiere fois je m’erigeois trop en donneur d’avis. Je suis avec une estime et une consideration toutte particulière, Monsieur votre tres humble et tres obeïssant serviteur Allard A Monsieur/ Monsieur Baile professeur en/ p[hiloso]phie et en histoire/ A Roterdam •

Notes :

[1] Samuel Allard ( ?-1720), ministre à Sauvage, près de la Charité-sur-Loire, à partir de 1679 ; il s’exila aux Pays-Bas dès le début de l’année 1685 et fut déclaré appelable au ministère au mois d’avril de la même année : il reçut sa vocation à Brielle en avril 1685, et exerça ensuite comme ministre à Emden – dans le Hanovre au voisinage de sa frontière avec la province de Groningue – entre 1686 et 1720. Voir BSHPF, 41 (1892), p.536 ; H. Bots, « Les pasteurs français », n° 4.

[2] Jacob Oldenburg (1653-1691), ministre reformé à Emden entre 1684 et 1688 et à Dordrecht entre 1688 et 1690, publia plusieurs traités contre le socinianisme en général et contre le socinien néerlandais Johannes Becius en particulier : De verdruckte doch daar onder triumpherende waer-heyt… ([Amsterdam] 1681, 8°) ; De nietigheid en ongegrontheid der Sociniaensche Gods dienst… (Franeker 1681, 8°) ; Korte Ver-klaring over de eerste algemeene Sendbrief des apostels Johannis… (Franeker 1684, 8°) ; Blijk der waer-heyt, tegen de leugen… (Leeuwarden 1686, 8°) – l’ouvrage dont il s’agit ici ; De natuur en aart des saligmakenden geloofs… (Leeuwarden 1688, 8°). Voir P.C. Molhuijsen et P.J. Blok (dir.), Nieuw Nederlandsch Biografisch Woordenboek (Leiden 1918), iv.1039.

[3] Voir ci-dessus, n.2.

[4] Voir ci-dessus, n.2.

[5] Matthias Prætorius, Tuba pacis ad universas dissidentes in Occidente Ecclesias, seu discursus theologicus de unione Ecclesiarum Romanæ et Protestantium (Coloniæ 1685, 4°). Allard n’a pas vu que Bayle avait consacré un assez long article à ce Tuba pacis de Matthias Prætorius dans les NRL de décembre 1685, art. III, où le journaliste adoptait la même position que son correspondant sur un ton à la fois plus ironique et plus désespéré : « L’auteur de ce livre nous assure qu’il est de la confession d’Augsburg, et même ministre à Nibbutz dans la Prusse ducale, ce qui n’a pas empêché le roy de Pologne de l’honorer depuis peu du titre d’historiographe et de secretaire. Il le méritoit assûrément par l’inclination qu’il témoigne à la catholicité, d’une maniere si visible, qu’il y a bien des moines à Paris qui n’écriroient pas au pape d’un stile plus flatteur, que celui dont il se sert dans sa lettre à Innocent XI. [...] On, peut dire avec sa permission, que presque toûjours le milieu qu’il prend, n’est autre chose que la pure doctrine des catholiques romains. [...] C’est donc une étrange sorte de médiateur, et très-incapable de réussir. Il écrit plûtôt en convertisseur, qu’en arbitre. Mais quand même il auroit pris d’autres mesures, il ne devroit pas attendre un bon succès de son entreprise. C’est bien la plus grande chimère du monde, que de s’amuser à réünir des religions ; c’est chercher la pierre philosophale, ou la quadrature du cercle. [...] Y a-t-il rien qui rende l’homme plus farouche, plus impitoyable, et plus loup à un autre homme, que le faux zèle qu’il conçoit contre une autre religion [...] ? »

[6] Le courant qui, à la suite de Georg Calixte (†1656), luttait contre la scolastique luthérienne et se rapprochait du catholicisme, était encore représenté par Conrad Horneius, Gerhard Titius et Ulrich Calixte à Helmstedt, par Gerhard Walter Molanus à Rinteln et à Lockum, par Johann Meisner à Wittemberg, par Ernst Gerhard à Iéna ; mais ses représentants les plus connus enseignaient à Königsberg à la génération précédente : Célestin Myslenta (†1653), Abraham Calov (†1643), Jacob Behm (†1648), Johann Latermann (†1652) et Christian Dreier.

[7] Le théologien luthérien Christian Dreier (1610-1688), professeur à Königsberg, auteur des ouvrages : Sapientia seu philosophia prima ex Aristotele et optimis antiquis Græcis præsertim (Königsberg 1641, 4°) ; Gründliche Erörterung etlicher schwerer theologischer Fragen (Königsberg 1651, 4°).

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 188670

Institut Cl. Logeon