Lettre 958 : Pierre Bayle à Jacques Du Rondel

• A Rotterdam le 11 de décembre 1693

Les feuilles que je croïois introuvables [1] me furent envoyées deux jours après que je vous eus écrit ma derniere lettre, mon cher Monsieur, je vous les envoie, mais à condition que vous en ferez la plus severe critique que vous pourrez. Ne craignez point de trouver en moi un autheur à cet égard ; vous y trouverez un disciple très-docile, et qui souhaitte passionnément que votre amitié, lui rende utiles les grandes lumieres que vous avez.

Le patron [2] m’envoia hier en présent un exemplaire d’un livre qui lui a eté dedié par Mr Brisbar ministre de Leyde [3], il est assez singulierement tourné, vous en aurez votre part, ainsi je ne veux pas vous prévenir. On vient de nous donner la Vie de Mr Tromps dernier mort [4].

Aimez moi toûjours, mon cher Monsieur, vous ne sauriez conserver votre precieuse amitié pour un homme qui en connoisse autant que moi tout le mérite, et qui soit plus dispozé à tout faire pour se la conserver.

Notes :

[1] Voir la lettre de Bayle à Du Rondel du 4 décembre 1693 (Lettre 957) : il s’agit de l’article « Accius » du DHC, que Bayle voulait envoyer à son ami pour lui donner une idée du ton du Dictionnaire en cours de composition ; les pages avaient été égarées par Leers.

[2] Etienne Groulart : voir Lettres 245, n.15, et 932, n.2.

[3] Jean de Brisbar (†1696), pasteur de Villeray depuis 1674 : il arriva en 1687 à Leyde, où il reçut vocation. Voir H. Bots, « Les pasteurs français au refuge des Provinces-Unies », p.26. Le livre qu’il a dédicacé à Etienne Groulart est son Calendrier historique dans lequel sont clairement expliqués les heures, les jours [...] selon les diverses opinions et la pratique de toutes les nations anciennes et modernes. Avec un Traitté historique de la sphère (Leyde 1694, 8°), ouvrage recensé dans les Acta eruditorum de mars 1694, p.117-118.

[4] Lambertus van den Bosch (?), Leven en Bedryf van den Vermaarden Zeeheld Cornelis Tromp [...] Ondermengd met de voornaamste daaden van andere zeehoofden, en voornaamentlijk met die van Marten Harpertsz Tromp (Amsterdam 1692, 4° ; reprint Franeker 1990) ; compte rendu de la traduction française dans les Acta eruditorum d’août 1694, p.343-346, et dans le JS du 14 mars 1695.

Accueil du site| Contact | Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Statistiques | visites : 190755

Institut Cl. Logeon